Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Sanofi Chimie va pouvoir mettre en place son plan de restructuration

, ,

Publié le

Sanofi Chimie va pouvoir mettre en place son plan de restructuration

Les entreprises citées

Social

Sanofi Chimie va pouvoir mettre en place le plan de restructuration de son appareil industriel, annoncé en mars dernier, et cela après avoir obtenu, mercredi soir, un avis du Comité Central d’Entreprise sur le PSE.

Ce plan va entraîner la disparition de 902 emplois au sein de la filiale chimie du groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis.

Trois sites sont concernés. L’établissement de production de Romainville (Seine-Saint-Denis) qui emploie 210 salariés sera définitivement fermé en 2013. Celui de Neuville-sur-Saône (Rhône) et ses quelque 670 salariés passeront sous le giron de Sanofi Pasteur. Enfin, le PSE concerne 25 salariés affectés au développement des procédés à Aramon dans le Gard.

« Ce plan ne vise pas à supprimer des emplois mais répond à une stratégie de rééquilibrage entre les activités chimiques et biotechnologiques du groupe Sanofi-Aventis » assure Dominique Even, Directeur Général Délégué de Sanofi Chimie.

La Direction du groupe prévoit ainsi d’investir 350 millions d’euros sur le site de Neuville-sur-Saône pour spécialiser ce dernier dans la production du futur vaccin contre la Dengue.

La CGT dénonce la perte d’emplois industriels et entretient différents motifs d’inquiétude. « Le PSE court jusqu’en 2014 et prévoit une clause de réexamen en 2012 pour faire le point sur les effectifs. Par ailleurs pour ce qui concerne les salariés de Neuville ils vont changer de société et repartent de zéro », alerte Jean-Louis Peyren, Délégué Syndical Central CGT Chimie.

L’autre motif de mécontentement porte sur les offres de reclassement. Il a notamment entraîné le blocage du site de Romainville mardi et mercredi. « Seulement 90 salariés seraient reclassés en région parisienne alors que les personnels de Romainville ont déjà été confrontés par deux fois à une obligation de mobilité. L’entreprise promet de reclasser tout le monde mais on craint des licenciements à l’arrivée », dénonce encore M. Peyren.

M. Even assure qu’il n’y aura aucun problème de reclassement. « Une très grosse part des salariés de Neuville sera reclassée dans la région lyonnaise et ceux d’Aramon ne changeront pas de site. Quant aux personnels de Romainville, entre les départs anticipés et naturels touchant une cinquantaine de personnes et les propositions de reclassement sur nos sites franciliens concernant 113 personnes il n’y aura qu’une quarantaine de salariés pour lesquels nous proposerons des offres dans les autres sites du groupe en province », détaille M. Even.

Sanofi Chimie avait, en août dernier, été contraint de revoir sa copie du PSE par le Tribunal de Grande Instance de Nanterre. La procédure avait été reprise à zéro à partir du 31 août.


En Ile-de-France, Patrick Désavie


L’édition 2010-2011 de « L’ATLAS DES USINES » va être bientôt disponible. Ce hors-série annuel de « L’Usine Nouvelle » propose le classement de 3 801 sites de production de plus de 75 salariés implantés en France. Vous pouvez déjà le commander à notre librairie en ligne en cliquant ici.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle