Quotidien des Usines

Sanofi : arrêt de travail à Toulouse

, , , ,

Publié le

Alors qu’un comité central d’entreprise est prévu ce jeudi 12 juillet à Chilly-Mazarin (Essonne), l’intersyndicale appelle les salariés du site toulousain, menacés par une possible fermeture de leur site, à cesser le travail.

Sanofi : arrêt de travail à Toulouse © 96dpi-Flickr-C.C

Une semaine après l’annonce d’un plan de réorganisation du groupe Sanofi, qui toucherait notamment les sites de recherche français de Montpellier (Hérault) et de Toulouse (Haute-Garonne), l’inquiétude monte d’un cran dans la Ville Rose. L’intersyndicale appelle aujourd’hui les 647 salariés du site haut-garonnais à cesser le travail. Le risque de fermeture ou de cession du site n’en finit pas de provoquer des réactions auprès des élus et des acteurs économiques régionaux.

Des réactions d’autant plus fortes que ce site est au cœur même d’un des grands projets de développement de Toulouse : l’aménagement d’un Oncopole, sur le site de l’ancienne usine AZF, dont l’ambition est de devenir un des leaders européens de la recherche contre le cancer.

Cet Oncopole est présenté par tous comme un modèle unique de collaboration entre recherche publique et recherche privée. Les principales locomotives sont les groupes pharmaceutiques Pierre Fabre et Sanofi. Ce dernier conforte ses équipes et ses moyens de recherche sur ce site depuis quelques années, avec notamment la construction d’une chimiothèque centrale.

Le maire de Toulouse Pierre Cohen,  le président du conseil régional Midi-Pyrénées Martin Malvy et le député Christophe Borgel ont été reçu hier par Chris Viehbacher, le directeur général de Sanofi Monde, Christian Lajoux, le président de Sanofi France et Elias Zerhouni, le président monde Recherche et Développement, pour exprimer leur inquiétude et leur incompréhension après l’annonce d’une future réorganisation de la recherche pharmaceutique de Sanofi qui pourrait menacer le laboratoire de recherche de Toulouse.

Le président du Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) de Midi-Pyrénées, Jean-Louis Chauzy, n’hésite pas lui, à parler d’une "deuxième affaire Molex".

Avec 8,8 milliards de bénéfices pour 35 milliards de chiffres d’affaires, le président du Ceser considère en effet que le groupe Sanofi a les moyens financiers et le devoir de respecter ses engagements : "l’Etat, les collectivités et les contribuables ont beaucoup aidé le groupe dans ses activités, il ne faut pas l’oublier ! Sanofi doit retirer son projet !"

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte