Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

L'Iran donne deux mois à Total pour obtenir une dérogation aux sanctions américaines

, , , ,

Publié le , mis à jour le 31/05/2018 À 06H54

Le compte à rebours commence pour Total. Le gouvernement iranien pose un ultimatum au groupe français afin qu'il obtienne une dérogation aux nouvelles sanctions américaines.

L'Iran donne deux mois à Total pour obtenir une dérogation aux sanctions américaines
Le gouvernement iranien pose un ultimatum à Total sur le projet South Pars 11.
© Hamed Malekpour

Total dispose de deux mois pour demander à être exempté des sanctions américaines, faute de quoi le groupe chinois CNPC pourrait le remplacer sur le gisement South Pars, a déclaré le mercredi 30 mai le ministre iranien du Pétrole, cité par l'agence de presse Shana. Ce faisant, CNPC ferait passer sa propre participation de 30% à plus de 80%.

"Total a 60 jours pour négocier avec le gouvernement américain", a dit Bijan Zanganeh, ajoutant que le gouvernement français pourrait également faire pression sur Washington.

Le groupe pétrolier français a signé en juillet un accord avec l'Iran en vue de développer la phase 11 de South Pars, le plus grand gisement de gaz naturel au monde, avec un investissement initial de l'ordre d'un milliard de dollars (863 millions d'euros).

Le rôle de Total remis en cause par les nouvelles sanctions américaines

Reuters avait rapporté en décembre 2017 que le pétrolier et gazier chinois CNPC envisageait de reprendre la part de Total si ce dernier quittait l'Iran en cas de nouvelles sanctions américaines.

Les États-Unis ont annoncé en mai qu'ils imposeraient de nouvelles sanctions contre l'Iran après le retrait de Washington de l'accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien.

Total a confirmé le 16 mai qu'il ne pourrait poursuivre son projet en Iran qu'à la condition d'obtenir une dérogation le protégeant contre toute sanction "secondaire" de la part des Etats-Unis.

Le gouvernement iranien invite à un accord avec l'Europe

Le ministre iranien du Pétrole a par ailleurs dit à la télévision publique qu'un accord avec l'Europe serait de nature à inspirer d'autres investisseurs potentiels dans le pétrole iranien.

"L'Europe n'achète qu'un tiers du pétrole iranien, mais un accord avec l'Europe est important pour garantir nos ventes et trouver une assurance pour les navires qui transportent le brut; d'autres acheteurs s'en inspireront", a-t-il déclaré.

Lukoil, le deuxième pétrolier russe, a déclaré le mardi 29 mai qu'il renonçait à tout projet en Iran en raison de la menace de sanctions américaines.

L'action Total prend 0,86% à la Bourse de Paris vers 8h25 GMT, tandis que l'indice CAC 40 cède 0,55%.

 

Avec Reuters (Bozorgmehr Sharafedin; Claude Chendjou et Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle