Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Samsung reconnaît ses responsabilités dans la maladie professionnelle de centaines de ses employés

Ridha Loukil , ,

Publié le

Sous pression depuis 2015, Samsung Electronics reconnaît ses responsabilités dans la maladie professionnelle de centaines de ses employés dans les semi-conducteurs et écrans plats. Le groupe coréen accepte d’indemniser les victimes et s’engage à améliorer la protection du personnel exposé aux substances chimiques dangereuses.

Samsung reconnaît ses responsabilités dans la maladie professionnelle de centaines de ses employés
Campagne de protestation d'employés de Samsung dans les semi-conducteurs.
© Nations Unis

Avec ses salles blanches, l’électronique est vue comme une industrie propre. Une image qui peut tourner au drame si le fabricant ne prend pas les mesures nécessaires de protection du personnel. Car la fabrication de puces ou d’écrans plats fait appel à une multitude de substances chimiques dangereuses pour la santé. Samsung Electronics en fait l’amère expérience.

Compagne de protestation et sit-in

Le géant coréen de l’électronique reconnait ses responsabilités dans les maladies professionnelles de centaines de ses employés dans les semi-conducteurs et les écrans plats. Depuis octobre 2015, il fait l’objet d’une compagne publique de protestation et sit-in orchestrée par l’ONG sud-coréenne SHARPS de défense des victimes de maladies professionnelles de l’industrie électronique. Après

avoir nié en bloc les accusations, il a fini par accepter la décision d’une commission d’arbitrage engageant ses responsabilités.

Cette décision lui impose trois actions à partir d’octobre 2018 : présentation d’excuses officielles aux victimes, indemnisation selon le barème proposé par SHARPS et mise en place de mesures de protection des employés exposés aux substances chimiques dangereuses.

320 victimes

L’ONG recense 320 victimes, dont 118 décédées de cancer, leucémies et autre maladies graves qui auraient été causées par l’exposition aux substances chimiques utilisées dans la production de semi-conducteurs et d’écrans plats. Les femmes forment le gros du contingent.

Samsung Electronics a préféré endosser la responsabilité plutôt que de laisser une compagne ternir son image en Corée du Sud. Avec des implications potentielles à l’international au niveau des Nations Unis où le groupe coréen risquait d’être épinglé dans un rapport sur les implications des substances chimiques et déchets sur les droits de l’Homme.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle