Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Salon nautique] MacGlide, le film antifouling écologique

,

Publié le

Les coques de bateaux doivent chaque année recevoir une peinture antifouling pour empêcher algues et coquillages d’y adhérer. Mais cette peinture à base de biocides est polluante. Les industriels MacTac et PPG se sont alliés pour mettre au point un film anti-adhérent non polluant. Une première mondiale présentée au salon nautique de Paris (jusqu’au 11 décembre, porte de Versailles).

[Salon nautique] MacGlide, le film antifouling écologique © Mactac

Les antifouling en chiffres

Un gramme de biocides contamine 10 000 mètres cubes d’eau. Un mètre carré d’antifouling contient 15 grammes de biocides.

En Europe, près de 150 000 tonnes de peintures antifouling chargées de biocides sont appliquées sur les carènes de bateaux.

80 % des plaisanciers français appliquent ou font appliquer une couche d’antifouling sur leur coque de bateau.

C’est de la rencontre de deux grands industriels très différents l’un de l’autre qu’est née une innovation présentée au salon nautique de Paris. Le MacGlide est un film adhésif antifouling sans aucun produit nocif. Pour empêcher la prolifération d’algues et l’incrustation de coquillages sur les coques de bateaux, on enduit la partie immergée de la coque d’un produit qui a le gros défaut d’être polluant car comportant des biocides se dissolvant dans l’eau pendant des mois.

L’américain PPG avait mis au point une peinture à base de silicone, rendant la surface traitée très glissante. Dès 2008, un paquebot de MSC Croisière expérimente une solution de ce type, avec à la clé une réduction de la consommation de fuel jusqu’à 5 %. La filiale européenne de MacTac, spécialiste des films autocollants, travaillait depuis dix ans sur un film pouvant servir d’antifouling. "Après plusieurs essais infructueux, nous avons eu la chance de rencontrer le PDG de PPG, qui avait mis au point un produit adapté aux gros bateaux, explique Daniel Perotti, de MacTac Europe. En associant nos compétences, nous avons pu mettre au point le MacGlide."

Une anti-adhérence certifiée pour au moins cinq ans

La peinture mise au point par PPG doit être projetée et son caractère très volatil exige des installations importantes pour éviter la diffusion dans l’atmosphère et pour protéger l’opérateur. Une lourdeur inadaptée aux chantiers travaillant dans la plaisance. D’où l’idée de fabriquer un film adhésif enduit avec le produit de PPG, qui peut être posé par tout chantier naval. Les algues qui pourront tout de même adhérer tomberont d’elles-mêmes sous leur propre poids dès que la vitesse du bateau atteindra 5 nœuds (9,2 km/h). L’anti-adhérence est certifiée pour au moins cinq ans et l’adhérence du film validé jusqu’à une vitesse de 30 nœuds (55,5 km/h).

La pose du MacGlide sera plus simple sur les bateaux neufs, la préparation de la coque se résumant à passer un produit dégraisseur. Sur les coques ayant déjà un antifouling, il faudra d’abord enlever cette couche avec une technique de sablage. Une opération de toute manière nécessaire tous les 3 à 5 ans. Le coût du film et de sa pose est supérieur à celui d’un antifouling classique, mais ses concepteurs insistent sur le coût annuel, qui serait inférieur de 15 % à 20 %.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle