Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Salaires : En 2014, les entreprises industrielles seront moins généreuses avec leurs cadres

, , ,

Publié le , mis à jour le 17/09/2014 À 07H22

L’Apec publie son étude annuelle sur le salaire des cadres. Il y est montré que mieux vaut travailler dans une grande entreprise pour décrocher un coup de pouce, ce qui favorise plutôt les cadres de l’industrie. Si cela demeure vrai, la part d’entreprises qui prévoit d’augmenter ses cadres baisse sensiblement.

Salaires : En 2014, les entreprises industrielles seront moins généreuses avec leurs cadres © D.R.

DRH, il va falloir ouvrir le guichet des réclamations. L’étude annuelle de l’association pour l’emploi des cadres (Apec) sur la rémunération des cadres indique qu’un cadre sur deux a l’intention de venir demander une augmentation de salaires (49 % des hommes et 46 % des femmes). Les plus revendicatifs sont les plus jeunes : 63 % des hommes de plus de 30 ans, 56 % de 30 à  39 ans, 47 % pour les quadra et 38 % pour les quinqua (les réponses des femmes sont proches, à cinq points près de moins).

Qui obtiendra gain de cause parmi ces demandes ? L’étude de l’Apec donne des indications. Ainsi, elle constate que la tendance reste proche de celle observée en 2013. 49 % des entreprises envisagent d’augmenter leurs cadres. Près d’une sur trois ne savait pas encore ce qu’elle ferait au moment de l’enquête. "Les intentions d’augmentation sont étroitement corrélées à la taille de l’entreprise, plus les entreprises sont grandes, plus elles sont nombreuses, en proportion à envisager d’augmenter leurs cadres" note l’association. Les autres seront plus nombreux à patienter.

>> Cliquer pour lire l'étude

Les entreprises industrielles sont moins nombreuses que l’an dernier à ne pas savoir encore ce qu’elles feront : elles étaient 28 %, elles sont 19 %. Une décision qui alimente l’effectif des entreprises qui savent qu’elles n’accorderont pas d’augmentation. Elles n’étaient que 18 % en 2013, elles seront 26 % en 2014. C’est le deuxième taux le plus élevé, derrière la santé et le secteur associatif. Les optimistes remarqueront que plus de la moitié des entreprises industrielles (55 %) augmenteront leurs cadres l’an prochain.

Un salaire moyen de 54 800 euros en 2013

Cette étude est l’occasion pour l’Apec de revenir sur le salaire des cadres en 2013. Elle établit que le salaire moyen était de 54 800 euros et le salaire moyen de 48 000 euros, des niveaux stables. Sur les augmentations, l’Apec révèle qu’en 2013 seulement 42 % des cadres non mobiles ont vu leur rémunération augmenter. Elle est restée stable pour 48 % d’entre eux. Des proportions strictement identiques à celle observées en 2012. L’an dernier, 31 % des cadres non mobiles ont bénéficié d’une augmentation individuelle et 17 % d’une augmentation collective.

Traduisant la volonté de fidélisation des entreprises, l’étude de l’Apec montre que les augmentations ont été plutôt accordées aux cadres les plus jeunes : 58 % des moins de 30 ans non mobiles ont eu une augmentation, la proportion tombe à 49 % pour les 40 à 49 ans, et à 32 % au-delà. De même, pour les cadres non mobiles, plus la taille de l’entreprise augmente, plus croît la chance d’être augmenté. Cela a pour conséquence que les cadres restés au même poste dans la même entreprise de l’industrie ont été relativement plus souvent augmentés (ils sont 51 %) que les autres. C’est particulièrement vrai pour les augmentations individuelles : ils sont 40 % dans l’industrie, 32 % dans la construction, 26 % dans le commerce et 27 % dans les services. Pour les augmentations collectives, l’écart entre l’industrie (20 %) et les services (14 %) est plus resserré.

Toutefois, il faut aussi noter que la proportion d’entreprises industrielles qui ont augmenté les cadres en 2013 chute de 10 points par rapport à 2012, passant de 80 % à 70 %.

L’Apec s’intéresse aussi aux cadres ayant bénéficié d’une mobilité interne, soit 18 % des cadres en 2013. Elle note que pour la moitié de ces cadres cela s’est traduit par une augmentation de salaires. L’augmentation médiane est de 4 % pour l’ensemble des cadres en mobilité interne. Ceux qui ont stricto sensu changé de poste ont obtenu une hausse médiane de 5 %.

Christophe Bys

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle