Saft met les batteries lithium-ion sur orbite

Saft, la filiale de Total, vient de franchir la barre des 200 satellites en orbite équipés de ses batteries lithium-ion. Au salon aéronautique du Bourget, elle a présenté une version d'équipement avec une densité énergétique plus forte.

 

Partager

Saft met les batteries lithium-ion sur orbite
La fusée de SpaceX a lancé dimanche 25 juin 10 satellites Iridium équipés des batteries Saft.

Dimanche 25 juin, 10 satellites Iridium ont été mis sur une orbite pour assurer des missions de communications. Pour l'exploitant et le fabricant de satellites Thales Alenia Space, c'est un soulagement et une réussite, mais encore plus particulièrement pour Saft, qui fournit les batteries des 10 appareils. Il franchit ainsi la barre des 200 satellites en orbite (exactement 209) équipés de batteries au lithium-ion, soit environ la moitié de la flotte mondiale dans cette catégorie.

Depuis 1966, année où il a équipé le premier satellite français disposant d'un système de gestion d'énergie, le Diapason 1 A, le fabricant s'est imposé comme un fournisseur incontournable pour les industriels du secteur spatial. Un succès qui dépasse le cadre de l'Hexagone. Au dernier salon du Bourget, la société rachetée par le groupe Total en mai 2016, exhibait sur son stand le modèle de batterie qui équipera le rover ExoMars 2020 de l'agence spatiale européenne. Ses batteries ont permis au robot Philae de déambuler plusieurs jours sur une comète à plus de 500 millions de Km de la Terre. Elles alimentent tous les étages du lanceur européen Ariane depuis 1979.

Trois mois de tests sévères

Pour accomplir la diversité de leurs missions, tous ces systèmes rattachés à l'histoire spatiale tirent leur énergie des systèmes d'énergie conçues et fabriquées par Saft. S'il ne représente que 5% de l'activité de la société, le secteur spatial permet de tirer ses technologies vers le haut. "Le secteur spatial est très exigeant en terme de performances. Nos batteries ont des durée de vie de l'ordre de la vingtaine d'années. Elles doivent avoir une forte densité d'énergie pour être le plus les légères possibles. Elles doivent aussi avoir la plus grande fiabilité car une fois sur orbite, il n'est plus question d'aller les remplacer en cas de défaut", explique Yannick Borthomieu, chef de produit, Espace et Défense pour Saft.

Entre les premières études et la livraison au client, il faut compter 1 an au total pour fabriquer une batterie spatiale dont 3 mois de tests techniques sévères. Saft dispose de deux centres d'expertise mondiale, l'un à Poitiers en France, l'autre à Cockeysville dans le Maryland aux Etats-Unis.

Adaptés aux satellites tout électriques

Au salon aéronautique du Bourget, Saft présentait les dernières améliorations de sa technologie de lithium-ion (Li-ion) rechargeable qui s'est imposée sur la variante Nickel-Hydrogène à partir du début des années 2000. Dans ce club très fermé de fournisseurs où l'on trouve également le japonais Melco et le britannique ABSL, Saft affiche la plus grande expérience dans le domaine avec une flotte de satellites qui cumulent plus de 620 millions d'heures de fonctionnement en orbite.

"Notre dernier modèle est 10% plus dense en énergie que la génération précédente. Son coût de fabrication est 10% moins cher grâce aux gains de productivité", explique David Reulier, directeur commercial. Ce futur modèle devrait être qualifié dès 2018 pour la prochaine plateforme NEOSAT de l'agence spatiale européenne sur laquelle Thales Alenia Space et Airbus Defence &Space ont basé les satellites de nouvelle génération à l'horizon 2020. L'accroissement de performances permettra de répondre à l'arrivée des satellites tout électriques. Ces derniers exigent plus d'énergie car ils assurent eux-même une grande partie de leur mise sur orbite et leur bon orientation dans l'espace.

Toutefois, d'autres tendances pourraient fragiliser les positions des fabricants de batteries. Les grands clients spatiaux, à la recherche d'une intégration optimisée à bord de leurs systèmes que ce soit un lanceur ou un satellites, ne veulent plus forcément acheter des batteries autonomes. Le fabricant de satellites Oneweb ou encore ArianeGroup ont préféré acquérir des composants clés de batteries pour ensuite les intégrer eux-même à leurs équipements.

Hassan Meddah Journaliste aéronautique, défense et espace

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFT
ARTICLES LES PLUS LUS