Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Saft : les pétroliers doivent changer et Total l'a bien compris

Ludovic Dupin , , ,

Publié le , mis à jour le 09/05/2016 À 17H35

Le monde du pétrole change. En témoigne, l’offre de rachat du fabricant de batteries Saft par le cinquième pétrolier de la planète, Total. L’âge de l’après-fossile n’est pas arrivé, mais les pétroliers ne peuvent plus faire l’impasse sur la croissance des usages électriques, en particulier lié au développement des énergies renouvelables.

Saft : les pétroliers doivent changer et Total l'a bien compris © David Rossman - Total

De toutes les majors, Total est sans doute la plus en pointe dans la transformation énergétique. Dernière preuve en date : Patrick Pouyanné, PDG de Total, qui vient de lancer une offre de rachat sur le fabricant de batteries Saft pour 950 millions d’euros. En 2011, c'est Philipe Boisseau, ex-directeur marketing et énergies nouvelles, qui lançait le mouvement en convaincant le pétrolier de racheter l’américain SunPower, l’un des premiers fabricants de panneaux photovoltaïques de la planète. 

Cette nouvelle annonce intervient dans le cadre d’une nouvelle stratégie du groupe qui a annoncé en avril la création d’une nouvelle branche baptisée "Gaz, renouvelables et électricité". "Elle est destinée à porter l’ambition du groupe sur la chaîne de l’électricité à travers le développement dans l’aval gaz et dans les énergies renouvelables mais aussi dans le métier de l’efficacité énergétique", indiquait alors le groupe. "L’acquisition de Saft s’inscrit pleinement dans l’ambition de Total de se développer dans les métiers des énergies renouvelables et de l’électricité. Elle nous permettra d’intégrer dans notre portefeuille d’activités des solutions de stockage d'électricité, compléments indispensables à l’essor des énergies renouvelables", assure Patrick Pouyanné dans un communiqué ce lundi 9 mai.

Effet post COP21 avec une volonté mondiale de décarbonner l’économie et surtout chute des revenus des pétroliers avec la brutale baisse des cours du baril depuis deux ans. Deux éléments qui marquent le changement du paradigme énergétique de la planète et forcent les pétroliers à s’adapter à marche forcée.

Certes, nous sommes encore loin de l’après-pétrole puisque même dans ses scénarios les plus optimistes, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) considère que les fossiles resteront à long terme largement majoritaire pour répondre à la soif d’énergie de la planète. Mais les pétroliers ne peuvent plus faire l’impasse sur la croissance exponentielle des usages électriques, avec une électricité produite de plus en plus à partir de sources renouvelables. 

D’autres pétroliers en recherche de diversification

Si Total se montre le plus allant dans cette mutation du pétrolier à l’énergéticien, d’autres acteurs s’engagent aussi dans cette voie. Affecté lourdement par la chute des cours, le pétrolier Statoil annonçait début 2016 la création d’un fonds, Energy Ventures, doté de 200 millions de dollars pour investir dans les start-ups innovantes en matière d’éolien, de solaire et de stockage. Par ailleurs, fin avril, le norvégien s’engageait au côté de l’allemand E.on pour construire un champ d’éoliennes en mer Baltique, qu'il finance à hauteur de 700 millions d’euros.

Au Moyen-Orient, plusieurs pétroliers nationaux s’intéressent au solaire. Saudi Aramco, le plus grand producteur de la planète, a lancé un vaste programme de diversification. Son objectif est de diminuer la part de l’électricité produite dans le pays à partir d’énergie fossile et que le pétrolier vend à perte. Aussi, Saudi Aramco veut construire environ 40 GW de panneaux photovoltaïques et des centrales nucléaires.

Des batteries pour l’exploration-production

Dans le deal avec Saft, Total va apporter au fabricant de batteries une importante capacité d’ingénierie, de financement et un puissant réseau mondial. Pour Total, il ne s’agit pas que de s’emparer d’une position forte sur le domaine du stockage en plein essor. Total peut aussi y trouver son compte pour ses activités historiques d’exploration-production. Les batteries sont des outils de plus en plus importants des plateformes pétrolières en mer et des équipements sous-marins.

Saft propose toutes une séries de solutions de batteries lithium et nickel possédant de grande durée de vie et une bonne résistance aux conditions extrêmes. Or, à l’instar de toute l’industrie pétrolière, Total doit diminuer les coûts de ses grands projets pour retrouver de la rentabilité dans un contexte de cours des barils déprimés. L’acquisition d’une position technologique forte dans le domaine du stockage de l’énergie est un atout.

Ludovic Dupin

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle