Safran vise la stabilité en 2009, après les turbulences du dollar faible

Le groupe Safran affiche des résultats 2008 maltraités par l'effet de change, mais conformes à ses prévisions. Pour 2009, il anticipe une stabilité, qui passera par un nouveau plan de réduction. Des transactions ciblées avec Thales sont aussi envisagées.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Safran vise la stabilité en 2009, après les turbulences du dollar faible
Résultats conformes qui pâtissent du dollar faible. Le groupe français d'aéronautique, de défense et d'électronique enregistre un chiffre d'affaires 2008 en progrès de 1 % (+ 9,4 % à devises et périmètre constants), à 10,329 milliards d'euros. Le bénéfice opérationnel, qui intègre la plus-value de 146 M€ engrangée sur la vente des activités monétiques à Ingenico, atteint 798 millions d'euros, avec un effet défavorable de 646 millions causé par l'affaiblissement du dollar en 2008. Quant au bénéfice net, il dégringole de 37 % à 256 millions d'euros, notamment affecté par « la perte de l'activité communication » à hauteur de 233 millions.
La dette nette s'affiche à 635 millions d'euros, contre 169 millions au 31 décembre 2007. Un accroissement dû essentiellement au programme de rachat d'actions et à l'acquisition de la société SDU-I devenue Sagem Identification. En 2008, une provision de 160 millions d'euros a été passée pour couvrir les « pertes à terminaison » du programme A400M d'EADS, pour lequel Safran fournit, en consortium avec Rolls-Royce, la motorisation et les systèmes de navigation.

Stabilité anticipée pour 2009. « Sauf dégradation majeure de la situation », le groupe issu de la fusion entre Snecma et Sagem vise pour cette année des ventes de l'ordre de celles réalisées en 2008 et un résultat opérationnel compris entre 5 et 6 % du chiffre d'affaires (contre 6,3 % l'année passée).
Dans la branche propulsion (près de 60 % de son activité), les annulations de commandes et reports de livraisons de 250 avions monocouloirs pèseront pour « environ 8% du carnet de commandes » des moteurs CFM, dont le partenariat avec General Electric a été renouvelé l'été dernier jusqu'en 2040. « Il n'est pas improbable qu'il y ait d'autres reports ou annulations dans les mois qui viennent, mais le carnet assure cinq ans d'activité », tempère le président du directoire, Jean-Paul Herteman.

Couvertures de changes et gains d'efficacité. Safran indique qu'aucun impact défavorable de devises ne devrait intervenir en 2009 grâce à des couvertures de changes (jusqu'à 1,45 dollar pour 1 euro) en place jusqu'en 2011. Un nouveau plan de réduction de coûts et de productivité industrielle, baptisé « Safran + », doit dégager des gains d'efficacité nets de l'ordre de 2 % du chiffre d'affaires par an. Les embauches ne sont pas gelées, mais seulement un départ sur deux sera remplacé.

Echange d'actifs ou coentreprise avec Thales ? Jean-Paul Herteman s'est dit « tout à fait ouvert » à des transactions avec Thales dans les activités d'optronique et de navigation inertielle, sous quelque forme que ce soit, échange d'actifs, joint-venture... Une direction soutenue par le ministère de la Défense et la DGA pour éviter les redondances entre les deux groupes hexagonaux. Pour le moment, aucune discussion n'a été engagée.
Dassault Aviation, qui reprend les 20,8 % d'Alcatel-Lucent dans Thales, s'est justement engagé auprès de l'Etat à permettre des réorganisations de périmètres de l'électronicien dans le cadre d'accords avec des entreprises françaises sur des « projets industriels dans les activités d'optronique, de navigation inertielle, de génération électrique et des systèmes de missiles. »
Safran a également réitéré son intérêt pour les activités de propulsion de la SNPE.

Matthieu Maury

A lire aussi :

Safran : 2 nouveaux contrats avec EADS Astrium à bord d'Ariane 5, 17/02/2009
Snecma pourrait vendre sa filiale SMA, 12/02/2009
Fusion SNPE-Safran : les discussions ont commencé, 29/01/2009
SNPE : 1428 emplois menacés par la fusion avec Safran ?, 15/01/2009


Deux nouveaux contrats pour Safran à bord de l'A350

Le groupe Safran fournira les roues, les freins carbone et le système de câblage électrique du futur long-courrier A350 XWB.
Sa filiale Messier-Bugatti est chargée des deux roues avant et des huit roues principales des différentes versions de l'avion, ainsi que des freins équipés de disques carbone (Sepcarb IIIOR). En février 2008, Messier-Bugatti avait déjà été sélectionné par Airbus pour fournir l'ensemble des systèmes de gestion de l'atterrissage et du freinage de l'A350.
Autre filiale de Safran, Labinal est chargée de la conception intégrée et de la production du système d'interconnexion du câblage électrique pour l'intégralité du fuselage du futur long-courrier.

Avec ces deux nouveaux contrats, le programme A350 XWB représente pour Safran un chiffre d'affaires d'environ 11 milliards de dollars.
0 Commentaire

Safran vise la stabilité en 2009, après les turbulences du dollar faible

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS