Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Safran versera 280 millions de dollars à Dassault dans l'affaire du moteur Silvercrest pour le Falcon 5X

, , ,

Publié le

En abandonnant le programme d'avion Falcon 5X et le contrat du moteur Silvercrest qui devait l'équiper, Dassault avait infligé en décembre un camouflet à Safran. Les deux entreprises françaises viennent de conclure un accord financier.

Safran versera 280 millions de dollars à Dassault dans l'affaire du moteur Silvercrest pour le Falcon 5X
Dassault avait été contraint en décembre 2017 d'arrêter le programme Falcon 5X.
© Dassault Aviation

En décembre 2017, Dassault Aviation annonçait engager un processus de résiliation de contrat concernant le Silvercrest, le moteur qui devait équiper son nouvel avion d’affaires, le Falcon 5X.

Jeudi 6 septembre 2018, les entreprises ont annoncé avoir signé "un accord amiable qui met un terme à leur différend". "Dans le cadre de cet accord, Dassault Aviation percevra une indemnité de la part de Safran d’un montant de 280 millions de dollars, les autres conditions commerciales du programme qui étaient applicables au contrat Silvercrest n’étant pas affectées, notamment les contributions en cash déjà versées par Safran, écrivent les entreprises françaises dans un communiqué. Ces éléments impacteront positivement les résultats 2018 de Dassault Aviation."

Safran précise pour sa part que le montant de l'indemnité est entièrement couvert par des provisions qu'il a déjà enregistrées. Le paiement sera étalé sur trois ans à partir de 2018. "Cet accord ne change pas ses perspectives de rentabilité et de génération de flux de trésorerie", assure-t-il.

Retards à répétition du côté de Safran

Les retards à répétition du motoriste depuis plus de deux ans quant au développement du moteur avaient eu raison de la patience de l’avionneur. Pour Safran, cette résiliation a donc été un camouflet sans précédent. La réputation du motoriste n’est plus à faire dans l’aviation commerciale avec le CFM 56 et le Leap – moteurs destinés aux monocouloirs produits avec General Electric au sein de leur entreprise commune CFM International – et le domaine militaire, comme en témoigne le M88 dédié au Rafale de Dassault. Mais le groupe a éprouvé d’importantes difficultés avec le Silvercrest, qui devait marquer l’entrée de Safran dans l’aviation d’affaires et opérer une diversification stratégique.

Ce couac ne met pas un terme définitif à leur collaboration. "Dassault Aviation et les sociétés du groupe Safran partenaires sur le Falcon 6X ont signé les contrats de fourniture d’équipements pour ce nouveau programme", affirme par ailleurs Dassault. Pourtant, avec le lancement le 28 février du Falcon 6X - ce jet haut de gamme, qui doit effectuer son premier vol début 2021 et entrer en service en 2022 - au Bourget, Dassault semble avoir tourné le dos à Safran et à son moteur Silvercrest sur ce segment de l’aéronautique.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle