Safran s'offre un comité scientifique

Partager

Le précédent dirigeant de Safran, Jean-Paul Béchat l'avait rêvé. Jean-Paul Herteman, l'actuel président du groupe aéronautique-défense français, l'a fait : un comité scientifique, rassemblant la fine fleur de la recherche en France, va guider le groupe dans sa politique de recherche. Sa création a été annoncée aujourd'hui, sur le site industriel de Villaroche (Seine et Marne), à l'occasion du forum annuel interne de l'innovation, durant lequel les meilleurs projets (brevet, développement durable, lean-sigma...) sont distingués par un prix.

« Nous avons une longue histoire de partenariat avec la recherche. Mais nous voulons améliorer notre dispositif. Nous attendons du comité qu'il porte un regard critique et qu'il nous oriente vers les bonnes voies et avoir ainsi une meilleure symbiose entre recherche et industrie », explique Michel Laroche, directeur recherche et technologie du groupe, qui dépense en recherche environ 2% du chiffre d'affaires du groupe (10,3 milliards d'euros en 2008).

« D'habitude, je critique les grandes entreprises françaises, qui sont rétives à l'innovation, mais Snecma est un cas à part », explique Mathias Fink, physicien, professeur à l'Ecole Supérieure de Physique et de Chimie industrielle de la ville de Paris (ESPCI) et membre du conseil scientifique de Safran. « L'entreprise a toujours été curieuse et a pris des risques dans le passé. Je trouve donc que ce comité scientifique est une bonne idée. Les ingénieurs manquent souvent d'un vision de la recherche plus ouverte ».

Au sein du conseil scientifique, Mathias Fink siège aux côtés de Daniel Eylon, docteur es Science israélien spécialiste des matériaux, professeur à l'université de Dayton, d'Alain Aspect, physicien français, spécialiste de l'optique quantique et atomique, directeur de recherche au CNRS et à l'Institut d'optique d'Orsay, professeur à Polytechnique, de Jean-François Baumard, directeur scientifique adjoint au département chimie du CNRS spécialiste des procédés céramiques et d'Albert Benveniste, ingénieur-mathématicien et Jean-Louis Chaboche, ingénieur chercheur de l'Onera. Le comité, présidé par Georges Charpak, physicien français et prix Nobel de physique en 1992, s'est mis au travail sans tarder. Il a tenu sa première session le jeudi 9 avril.

Aurélie Barbaux

0 Commentaire

Safran s'offre un comité scientifique

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFRAN
    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS