Safran pourrait intégrer le CAC et Suez Environnement en sortir

PARIS (Reuters) - Safran est le meilleur candidat à une entrée dans l'indice CAC 40, tandis que Suez Environnement, dont le cours a chuté lourdement depuis le début de l'été, devrait en sortir, estiment les professionnels de la Bourse de Paris.

Partager

Une annonce de la décision du conseil scientifique des indices devrait avoir lieu d'ici vendredi soir en vue d'une entrée en vigueur le 16 septembre à la clôture, notent-ils.

"En principe c'est Safran qui devrait remplacer Suez Environnement, au vu des critères de capitalisation et de volumes échangés sur une année glissante", souligne Christophe Wakim, analyste quantitatif chez Exane BNP Paribas.

"Il y a toujours la possibilité de ne rien faire. On l'a déjà vu en période de marchés difficiles, en mars 2009 par exemple, où le conseil scientifique des indices a choisi le statut quo alors que certaines valeurs avaient de très mauvais classements. Il n'aime pas trop tirer sur l'ambulance", dit-il.

"Mais je pense tout de même qu'il va faire quelque chose cette fois-ci dans la mesure où c'est leur revu revue annuelle."

Safran, détenu par 30% par l'Etat et 16% par ses salariés, a cédé 6,5 millions d'actions autodétenues sur le marché fin juillet, afin de porter son capital flottant à plus de 50%. Sa capitalisation boursière s'élève à 11,6 milliards d'euros.

Le titre a progressé de 5,4% depuis le début de l'année, alors que l'indice SBF 120 a perdu plus de 12%.

PRESSIONS ACHETEUSES ET VENDEUSES

"C'est le scénario le plus probable et à voir l'action depuis quelques jours, cela a été pris en compte", dit un trader.

Le titre a gagné plus de 14% depuis le 26 août, alors que l'indice SBF120 n'a repris que 5,6%.

En revanche, Suez Environnement, détenue à 35,8% par GDF-Suez et à 7,2% par Groupe Bruxelles Lambert, a un capital flottant supérieur à 50%. Son titre a perdu 17,6% depuis le début du mois de juillet.

En revanche, sa capitalisation est de 5,88 milliards, parmi les quatre plus faibles du CAC 40, avec STMicroelectronics, Accor et Peugeot.

Selon Exane, l'entrée de Safran devrait créer une pression acheteuse pour les fonds indiciels de 7,8 millions d'actions, soit cinq jours et demi de transactions.

La sortie de Suez Environnement créerait une pression vendeuse de 117 millions d'actions, soit 5,4 jours de trading.

Par ailleurs, le conseil scientifique des indices pourrait décider de reprendre la cotation en continu de nombreux indices qui avait été suspendue pour des raisons techniques le 8 août.

Juliette Rouillon, avec Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson, édité par Jean-Michel Bélot

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    SAFRAN
ARTICLES LES PLUS LUS