Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Safran ouvre un centre de recherches dédié aux composites

Olivier James , , , ,

Publié le

Reportage Safran vient d’inaugurer un centre de recherches à Itteville (Essonne) dédié aux matériaux composites. Il servira notamment de centre d’expertise pour la production du Leap, le nouveau moteur développé par le groupe.

Safran ouvre un centre de recherches dédié aux composites © Safran

Le sol encore nu ne laisse poindre aucune pousse de gazon. Pourtant, le centre de R&D flambant neuf que Safran vient d’inaugurer se situe dans un environnement verdoyant, sur le site du Bouchet à Itteville (Essonne). Cela fait à peine plus d’un mois que les premiers occupants ont pris possession de cette nouvelle structure dénommée Safran Composites. Ils sont aujourd’hui une soixantaine à travailler dans ce bâtiment de 10 000 m² entièrement dédié aux matériaux composites à matrice organique et qui a nécessité un investissement de 50 millions d’euros. D’ici plusieurs années, pas moins de 150 personnes pourraient y travailler, des techniciens aux compagnons en passant par les ingénieurs et doctorants.

"Nous avons posé la première pierre de ce centre en septembre 2012, rappelle Jean-Paul Herteman, le PDG du groupe visiblement ravi lors de la visite du site. Aujourd’hui, il est devenu réalité". Et vise rien moins que de devenir un rouage essentiel de Safran dans le développement des matériaux composites qui ne cessent de gagner du terrain dans l’industrie aéronautique face aux métaux. "Notre feuille de route prévoit que les composites passent de 2% de notre chiffre d’affaires aujourd’hui à 8% en 2020 et plus de 15% à terme".

Au cœur de la produciton du Leap

Au cœur de cette montée en puissance des composites au sein de l’équipementier aéronautique : le moteur Leap, successeur du CFM 56, déjà fort de 6400 commandes et intentions, et qui entrera en service en 2016. "Le moteur Leap représentera environ la moitié de l’activité du centre de R&D", estime Patrick Henrat, directeur Technologies au sein de Safran Composites. C’est le projet phare du groupe, mené en partenariat avec l’américain General Electric, celui qui devra faire au moins aussi bien que le CFMP 56 en termes de ventes et équiper des monocouloirs comme le Boeing 737Max, l’Airbus A320neo et le C919 du chinois Comac.

Le centre de R&D aura pour mission, concernant le Leap, de servir de support aux autres usines de Safran qui participent à sa production, en particulier les sites français de Commercy (Meuse) et américain de Rochester qui produisent des aubes de soufflante en fibres de carbone. "Nous sommes une réserve d’expertise", résume Patrick Henrat. Quant à Marc Gouny, directeur de Safran composites, il voit ce nouveau centre comme "le coffre-fort de la gamme de production du Leap", "le terreau des futures technologies développées par le groupe".

Car Safran Composites assurera à la fois le développement de la version actuelle du Leap mais aussi les travaux de recherches pour les versions à venir. "Notre objectif est de repousser plus loin la tenue des pièces composites en température, précise Marc Gouny. Des évolutions du Leap en ce sens devraient être mise au point en 2020". En un mot, l’une des missions du centre est d’assurer la montée en cadence de production du Leap, de mettre au point à chaque étape de sa production des solutions qui permettront d’économiser du temps… et de l’argent.

20 millions d’euros investis pour les équipements

Sur les 50 millions d’euros d’investissement, 20 millions concernent l’achat des seuls équipements. Il faut dire que Safran Composites met pour beaucoup en œuvre des machines identiques à celles de ses usines et aux dimensions imposantes, à l’image du métier à tisser qui permet d’obtenir le tissage 3D des aubes de soufflantes du Leap. On trouve dans ce seul bâtiment de quoi effectuer des recherches à toutes les étapes industrielles : avant même la production des composites jusqu’à leur contrôle après fabrication.

Modélisation et simulation numérique des process et du comportement des matériaux (la résine en particulier), développements de métiers à tisser pour le tissage 3D des fibres de carbone, essais de fabrication grandeur nature à l’aide de presses et d’autoclaves, essais mécaniques de résistance et de solidité de pièces, mise au point de procédés de contrôle non destructifs innovants (comme la tomographie par rayons X et la thermographie infra-rouge)… Autant de moyens déployés par Safran qui devraient permettre au groupe, en coulisses, de réussir son pari avec le Leap. Mais pas seulement, car les activités de Safran Composites visent aussi à développer les composites dans d’autres domaines, comme les nacelles, l’électronique ou bien encore les trains d’atterrissage. Avec ce centre de R&D, Safran vise à faire des composites l’un des matériaux les plus compétitifs de l’aéronautique.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle