Economie

Safran anticipe 2500 recrutements en France pour 2015 

Christophe Bys , ,

Publié le

En 2015, Safran devrait recruter 2500 personnes en France et 5 000 au total. A côté des ingénieurs et des cadres, le groupe va embaucher des ouvriers et des techniciens. Notamment pour pallier les départs en retraite. 

Safran anticipe 2500 recrutements en France pour 2015 © D. R.

Chez Safran, les années se suivent et se ressemblent : le groupe recrute chaque année ignorant la conjoncture qui assombrit les perspectives d’autres secteurs. Entre 2011 et 2014, Safran a recruté 30 000 nouveaux collaborateurs à travers le monde. Rien qu’en 2014, ce sont 6 000 recrutements qui sont prévus.

En 2015, ils devraient être 5000 dans le monde, dont la moitié prévue en France, soit 2 500 nouveaux salariés : 1500 cadres et 1000 techniciens et compagnons (des ouvriers dans le langage maison).

Ces recrutements ne sont pas liés aux mouvements des salariés, puisque Safran affiche un taux de turn over particulièrement bas, de l’ordre de 0,7 %. Le DRH du groupe qui compte 70 000 personnes,  Jean-Luc Bérard, met en avant deux moteurs : la croissance interne du groupe en France et dans le monde et le remplacement des salariés qui partent en retraite. "La pyramide des âges est un facteur important en France surtout", précise-t-il, estimant que dans les années qui viennent, il devrait y avoir 10 000 départs, essentiellement en France.

Des métiers qui évoluent 

Cela concernera aussi les techniciens et les compagnons en direction desquels l’entreprise veut lancer une grande campagne de communication. "Le recrutement de ces profils va croître pour une période durable dans les années qui viennent", précise le DRH.

Comme d’autres exerçant leur talent dans l’industrie, il regrette le manque d’attractivité pour les jeunes et plus encore pour leurs parents. "Nos métiers souffrent d’une image qui n’a rien à voir avec la réalité. Quand je suis entré dans le groupe, les ouvriers et les techniciens travaillaient parfois à l’oreille. Aujourd’hui, ils contrôlent les machines depuis des tablettes", décrypte-t-il.

Malgré ces difficultés structurelles, le groupe a indiqué qu’il ouvrirait comme prévu une usine à Commercy (Meuse) d’ici à la fin de l’année. Sur ce site, ce sont 300 à 400 postes qui seront à terme créés. L’entreprise indique même qu’elle a trouvé plutôt aisément de bons candidats notamment sur le métiers de production qu’elle est en train de recruter pour ce site.

Christophe Bys

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte