Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Safi : 3 milliards d'euros dans un nouveau port et une plate-forme industrielle pour l’OCP

, , , ,

Publié le

Ces projets d'infrastructure s'étalant sur 10 ans prévoient l’aménagement d’un nouveau port charbonnier pour servir la centrale électrique construite par Gdf-Suez et Mitsui et par ailleurs des installations industrielles et portuaires pour le traitement des phosphates du groupe public OCP.

Safi : 3 milliards d'euros dans un nouveau port et une plate-forme industrielle pour l’OCP
Actuel port de Safi-ville exploité par Marsa Maroc
© marsamaroc.co.ma

Le lancement symbolique des travaux a été donné par le roi Mohammed VI, le 19 avril. Le nouveau port de Safi va faire l’objet d’un important programme d’extension et d’aménagement dans le cadre à la fois du plan national portuaire du Maroc courant jusqu’en 2030. À cela s'ajoute dans un programme distinct, le projets d’extension de l’Office chérifien des phosphates (OCP) dans la même zone.

380 millions d'euros pour le volet portuaire

Située à 250 kilomètres au sud de Casablanca, Safi sert notamment d’ouverture maritime à la ville de Marrakech et aux gisements de phosphates situés dans le centre du royaume.

Concernant le volet portuaire, le montant s’élève à 4 milliards de dirhams (380 millions d’euros). Le nouveau port est situé à 15 kilomètres au sud de la ville de Safi. Ce projet comprend la construction et l’aménagement de plusieurs quais, digues et plate-formes logistiques. Après de nombreux retards, le marché a été attribué en décembre dernier au groupe de BTP marocain SGTM.

Il s’agit notamment de construire un terminal charbonnier pour alimenter en carburant la future centrale électrique à charbon de Safi. Ce terminal devrait être achevé en août 2017 pour une capacité d’accueil de 3,5 millions de tonnes de charbon.

Une centrale pour suivre la forte hausse de la demande en électricité

La centrale thermique de Safi est réalisée en BOT pour le compte de l'Office national de l'électricité (ONE) par un consortium associant le marocain Nareva holding, le français GDF-Suez (après son rachat d’International Power) et le japonais Mitsui.

Sa puissance sera de 1 320 MW en deux tranches avec une technologie supercritique pour un investissement global de plus de 1,9 milliard d’euros et une entrée en exploitation en 2015. Alstom qui était en lice sur les équipements pour ce projet a perdu face au coréen Daewoo E&C. Edf a été aussi candidat malheureux comme chef de file à ce projet.

La centrale doit permettre de suivre la forte hausse de la demande en électricité au Maroc qui a encore bondi de 8% en 2012. Selon le magazine britannique "Project finance", les partenaires de la centrale de Safi n'auraient pas encore bouclé le plan de financement du projet.

À ce projet énergétique et portuaire s’ajoute donc une très importante plate-forme industrielle et logistique qui va être réalisée par l’OCP. Celle-ci est dénommée Safi Phosphate Hub (SPH).

Le géant des engrais prévoit d’investir sur une dizaine d’années 30 milliards de dirhams (2,69 milliards d’euros) dans ce complexe qui comprendra des unités de fabrication d’engrais et des quais et installations de chargement de navires (voir encadré).

Exploité par Marsa Maroc, l’actuel port de Safi-ville traite environ 2,6 millions de tonnes de frêt surtout des vrac solides (soufre, zinc, charbon…). Il comprend trois postes cumulant 1 000 mètres de quai jusqu’à 12 mètres de profondeur. Le nouveau port au sud de Safi comprendra notamment

- Une digue principale de 2 263 mètres et une digue secondaire de 777 mètres

- Un poste charbonnier de 280 mètres (à -16,50 m)

- Un quai de service de 100 m (à -6m)

- Un terre-plein de 3 ha

Les intervenants :

- Maître d'ouvrage : ministère de l'Équipement

- Entreprises de construction : SGTM / STFA ;

- Bureaux d'études : Artelia  / LPEE / CID, bureau d'études géotechniques : Medocean

Budget 

- 4 milliards de dirhams financés par l’État

 

 

Pour l'OCP une nouvelle plate-forme industrielle équivalente à celle de Jorf Lasfar

Cette plate-forme s’étendant sur 1 300 hectares va traiter les phosphates provenant des mines de Gantour (Khouribga au nord de Marrakech), puis celle de Meskala près d'Essaouira, gisement qui n’est pas encore exploité.

"Safi Phosphate Hub représente une opportunité importante et un vrai projet stratégique. Il s'agit de développer, en profitant du nouveau port de Safi qui sera construit, une plate-forme industrielle équivalente à celle de Jorf Lasfar", a indiqué à Safi vendredi dernier Mustapha Terrab, PDG du groupe OCP cité par l’agence marocaine MAP. Le site de Jorf Lasfar, situé près de la ville de El Jadida à 100 km au sud de Casablanca est la principale plate-forme portuaire et industrielle de l'OCP.

A Safi, la nouvelle installation portuaire de l'OCP comportant 6 postes doit selon les plans pouvoir traiter à terme 14 millions de tonnes par an pour un investissement d'environ 260 millions d'euros. 

Aujourd’hui dans cette région, OCP opère pour l'essentiel à partir du port existant intégré dans la ville de Safi, générant d’importantes nuisances. Ce site sera reconverti pour accueillir des activités industrielles et des sous-traitants du groupe OCP et peut-être même des activités liées au nautisme et à la croisière. Le port actuel est opéré par Marsa Maroc (ex-Office des ports).

À noter enfin que la semaine dernière a aussi été officialisée la construction du tronçon de 145 kilomètres d'autoroute qui doit relier, en 2017, Safi à la ville d'El Jadida. Ce projet de 440 millions d'euros attribué à des entreprises marocaines et turques comprend 115 ouvrages d'art dont 3 viaducs. Les centrales à béton n'ont pas fini de tourner dans le région!


Pierre-Olivier Rouaud

 

Le projet Safi Phosphate Hub de l’OCP en chiffres
Ce projet prévoit 2,69 milliards d’euros d’investissement sur une dizaine d’années dont :
- cinq unités de production d’acide sulfurique (1,4 million de tonnes chacune)
- une centrale thermique de 350 MW
- cinq unités phosphoriques (450 000 tonnes chacune).
- diverses unités de production d’engrais (DAP, NPK, TSP), de traitement d’acide, de fusion de soufre
- un système de réception/distribution de pulpe de phosphate
- une usine de dessalement d’eau de mer

 

 

Le port de Safi vu par satellite


Agrandir le plan
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle