Technos et Innovations

SaaS : Microsoft présente la version commerciale de Windows Azure

, , ,

Publié le

Après plusieurs mois de tests (gratuits), Microsoft vient de lancer une version (payante) de Windows Azure, sa nouvelle plate-forme d'hébergement d'applications. Amazon et Google fourbissent leurs armes...

SaaS : Microsoft présente la version commerciale de Windows Azure © DR

Pour les entreprises qui ont testé la version bêta de Windows Azure, le temps est venu de passer à la caisse... Après plusieurs mois de bêta, la nouvelle plate-forme de « cloud » de Microsoft vient en effet d'être lancée dans une version payante dans 21 pays, dont la France, conformément au calendrier qui avait été fixé par Microsoft. Et les premiers « testeurs » sont invités à prendre un abonnement (faute de quoi, leurs comptes, qui restent pour l'instant accessibles en lecture seule et peuvent être sauvegardés, seront supprimés d'ici le 1er avril 2010).

Dévoilée en novembre 2009, la nouvelle plate-forme Windows Azure de Microsoft est hébergée dans six centres d'hébergement répartis entre les Etats-Unis, l'Europe et l'Asie. Elle comprend un socle de stockage et de traitement des données (Windows Azure), ajustable en fonction des besoins, une ou plusieurs bases de données (SQL Azure) et un « Internet Service Bus » (AppFabric) utilisé pour assurer les échanges entre les applications internes au « cloud » et les services externes. Microsoft vient d'y ajouter, en bêta, Windows Azure Drive, un nouveau service qui permettra aux entreprises de sauvegarder et de partager sur Windows Azure des données créées sur leurs systèmes d'information locaux.

La facture

Le coût de la nouvelle offre de Microsoft est difficile à décrypter. Le prix de Windows Azure varie en fonction du nombre d'heures d'utilisation (0,12 dollars par heure), de la capacité de stockage consommée (0,15 dollar par gigaoctet et par mois), des transactions de stockage (0,01 dollar pour chaque transaction de 10 kilooctet) et des transferts de données (0,10 dollar en entrée et 0,15 dollar en sortie). La base de données SQL Azure est quant à elle facturée de 9,99 dollars par mois (pour une base d'un gigaoctet) à 99,99 dollars par mois (pour une base allant jusqu'à dix gigaoctets). S'y ajoutent 0,10 dollar pour chaque requête entrante et 0,15 dollar pour chaque transaction extérieure.

Faut-il payer ? Les clients qui utilisent Windows Azure peuvent en tirer deux principaux bénéfices, assure Microsoft. Ils peuvent y héberger des services pour répondre à leurs propres besoins métiers (en bénéficiant d'une puissance de calcul probablement supérieure à celle dont ils disposent en interne). Ils peuvent aussi y déployer de nouveaux services en ligne afin de les commercialiser à des tiers (via la place de marché Pinpoint) et d'accroître ainsi leurs revenus.

Mais les entreprises intéressées auraient tort de se précipiter. Car les prix risquent fort de baisser assez rapidement. Quelques heures après l'annonce du nouveau service de Microsoft, Amazon, l'un des pionniers du secteur, a signalé une baisse des tarifs de son offre de « cloud » AWS (pour « Amazon Web Services »). Selon le Wall Street Journal, Google – qui propose déjà un espace d'hébergement App Engine aux développeurs - préparait quant à lui une nouvelle place de marché de services en ligne destinés aux professionnels et compatibles avec ses Google Apps. Il pourrait y commercialiser, dès le mois prochain, les solutions d'éditeurs tiers. Bref, la concurrence sera rude.

Christophe Dutheil



 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte