S&P relève la note de l'Espagne et Fitch celle de la Grèce

(Reuters) - Standard & Poor's a annoncé vendredi relever la note de l'Espagne et Fitch Ratings a fait de même avec celle de la Grèce.

Partager

Standard & Poor's a remonté la note de l'Espagne d'un cran, de BBB- à BBB, évoquant les meilleures perspectives économiques du pays.

"La perspective est stable, témoignant de notre opinion suivant laquelle les risques attachés aux notes de l'Espagne resteront équilibrés dans les deux années à venir", explique S&P dans un communiqué.

S&P, qui a également relevé la note à court terme de A-3 à A-2, a revu à la hausse sa prévision de croissance moyenne du PIB réel de 2014 à 2016, la portant de 1,2% à 1,6%, conséquence des différentes réformes engagées par le pays.

Fitch pour sa part a remonté la note de la Grèce d'un cran également, de B- à B, mettant en exergue l'amélioration de la politique des finances publiques. La note est également assortie d'une perspective stable.

Standard & Poor's a par ailleurs confirmé les notes à long et court termes des Pays-Bas, soit AA+/A-1+, et celles de la Turquie, soit BB+/B, mais les premières sont assorties d'une perspective stable, tandis que les secondes restent affectées d'une perspective négative.

L'agence estime que l'Etat néerlandais continuera de consolider sa situation budgétaire et que la Turquie pour sa part voit sa situation économique se rééquilibrer progressivement grâce à une meilleure croissance à l'exportation.

S&P prend note d'une économie néerlandaise "saine, diversifiée et compétitive, en témoigne une position externe forte et un PIB élevé par habitant".

Elle explique que ses notes prennent à la fois en compte une politique macroéconomique traditionnellement prudente et flexible ainsi que les contraintes qui s'imposeront aux perspectives de croissance à l'avenir.

Pour ce qui concerne la Turquie, S&P explique que la perspective négative se justifie par des risques persistants pour les perspectives économiques.

La banque centrale turque a surpris les marchés jeudi en annonçant sa première baisse des taux en un an, quelques semaines après que le Premier ministre Tayyip Erdogan eut appelé de ses voeux une telle mesure, relançant les conjectures sur d'éventuelles pressions politiques qui seraient exercées sur l'institut d'émission.

(Ian Chua, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS