L'Usine Matières premières

Rusal numéro un de l'aluminium

Publié le

L'aluminier russe se développe dans son métier de base mais n'oublie pas ses ambitions de devenir un mineur diversifié en intégrant Norilsk.

Rusal numéro un de l'aluminium

L'année 2007 a vu UC Rusal confirmer sa place de premier aluminier mondial - en attendant les résultats de Rio Tinto-Alcan - avec une hausse de sa production de 6% à 4,20 millions de tonnes (Mt). Pas de problème pour l'alumine, il sera de loin le numéro un avec une augmentation de 5,1% à 11,35 Mt, mais son extraction de bauxite stagne à 17,35 Mt. Profitant d'un prix moyen de la tonne d'aluminium qui s'est établi à 2 640 dollars en 2007, Rusal affiche un chiffre d'affaires 14,3 milliards de dollars, en hausse de 11% par rapport à l'année précédente. En particulier ses ventes à l'international ont progressé de 9,7% pour atteindre 10,5 milliards de dollars, alors que sur son marché intérieur elles bondissaient de 19%. Pour maintenir cette forte croissance, l'aluminier a augmenté ses investissements de 45% à 2,9 milliards de dollars, malgré une dette nette qui en fin d'année se montait à 8,8 milliards. N'étant pas coté, Rusal n'est pas obligé de publier ses résultats, mais selon Dimitri Kolomystyn, un analyste d'Unicredit Aton, son ebitda se serait apprécié de 15% à près de 6 milliards de dollars en 2007.

En 2007 l'aluminier a consacré pas moins de 1,3 milliard de dollars à la modernisation et à l'expansion de son outil de production, dont une centaine de millions en R&D. Le 1,6 milliard restant a été utilisé à des opérations de croissance externe - Alscom au Nigéria dont l'équipement a été modernisé - et interne - Irkoutsk Aluminium et Khakas Aluminium, qui ont vu leurs capacités modernisées et développées, alors que les projets de Taishet et Bogushansk étaient mis en chantier -. Rusal a également signé des contrats avec des gouvernements régionaux et des opérateurs pour sécuriser ses approvisionnements en énergie, condition indispensable au développement de la production de métal léger.

« 2007 a été une année fructueuse et déterminante dans l'histoire de la société », s'enorgueillit le directeur général de UC Rusal, Alexander Bulygin dans un communiqué, rappelant que l'intégration des trois groupes qui ont composé le nouveau géant s'est faite en moins de 6 mois. Bulygin soulignait en particulier l'augmentation de ses ressources énergétiques captives diversifiées qui utilisent tant les barrages, le charbon que le nucléaire. De plus, notait le dirigeant, « l'accord d'acquisition de 25% du capital, plus une action, de Norilsk Nickel est le début d'un processus de construction de la première société métallurgique et minière globale de Russie, par la consolidation des actifs non-ferreux. En 2008 nous nous focaliserons sur la réalisation de cet objectif ambitieux ». Selon le quotidien économique russe Vedomosti, Rusal, qui aurait ramassé jusqu'à 5% des actions Norilsk sur le marché, aurait proposé de racheter à Valdimir Potanine les 26% qu'il détient dans la société nickélifère, aux mêmes conditions que l'offre faite à son « partenaire » Mikhaïl Prokhorov.

« L'année 2008 ne sera pas facile » pour l'industrie du métal léger, prévoit Rusal. Malgré le ralentissement de l'économie américaine, la demande globale d'aluminium devrait encore progresser de 7 à 8%, en retrait sur les plus de 10% de hausse en 2007. Le marché devrait cependant profiter de la baisse des exportations chinoises, alors que sa demande devrait se maintenir à un niveau élevé. De plus, la hausse des prix de l'énergie devrait impacter négativement la profitabilité des producteurs d'aluminium en augmentant sensiblement leurs coûts de production. Cette forte hausse des coûts de production associée à celle des coûts d'investissement devrait limiter le nombre de nouveaux projets, soutenant d'autant la demande pour les productions de Rusal. Dans cette situation, l'une des priorités de Rusal sera d'optimiser ses dépenses pour maintenir sa position de producteur à bas coûts.


Daniel Krajka

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte