Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Rungis, c'est aussi une usine...

Publié le

Le plus grand marché français de gros et de demi-gros approvisionne 18 millions de consommateurs. En décembre, c'est la ruée dans les pavillons de la marée, de la volaille...

Rungis, c'est aussi une usine... ©

C'est l'une des plus grandes usines de France. Installée sur 232 hectares, Rungis brasse des quantités phénoménales de produits pour alimenter restaurants, commerces de détail et supermarchés. Quelque 12 000 personnes s'activent chaque jour autour de ses lignes de production. Plongée dans l'organisation de ce site qui travaille la nuit.

Production diversifiée. En cette fin d'année, les ananas du Bénin et les langoustes du Pérou côtoient les chapons du Gers et les sapins du Morvan. Les cinq ateliers qui composent le Marché d'intérêt national (MIN), la dénomination officielle de Rungis, tournent à plein régime. Par air, par fer ou par la route, 1,6 million de tonnes de marchandises alimentaires transitent, chaque année, sur leurs lignes. Rien qu'au pavillon de la marée, 170 000 tonnes de produits de la mer et d'eau douce sont brassées chaque année.

Supply-chain en flux tendu. Rungis, c'est le royaume du zéro stock. Aucun produit ou presque ne reste plus de quelques heures sur les lignes de production. La plupart d'entre eux sont même vendus avant d'avoir été « fabriqués ». Les commandes arrivent chez les grossistes la veille au soir. La marchandise est mise en place dès 23 heures. Au pavillon de la marée, le coup de feu intervient entre 2 et 4 heures. Jeudi 10 décembre, après l'épisode neigeux qui avait bloqué les clients, « on s'est fait tirer dessus » comme le disent les opérateurs. Traduction : à 5 heures, il n'y avait déjà plus rien à vendre !

Parc fournisseur. 1 200 entreprises sont présentes à Rungis et toute la gamme des métiers y est représentée. Au pavillon de la marée, Reynaud traitera 200 tonnes d'huîtres d'ici à la fin décembre, avec plus de 1 000 expéditions quotidiennes. « On travaille avec des petits producteurs. C'est la raison d'être du marché », explique Thierry Maia, le directeur d'exploitation Du carreau de nuit de Reynaud.

Showroom. Rungis, c'est sans doute la seule usine de France où les visites de clients ne sont pas l'exception, mais la règle. Environ 25 000 personnes viennent chaque jour discuter les prix. Toucher les produits fait partie de la négociation. Depuis quelques jours, c'est la ruée sur les huîtres : 40 % du volume annuel est traité pendant les fêtes.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle