RTE se lance dans le stockage-déstockage massif d’électricité renouvelable par batteries

Comment amortir l'intermittence locale des énergies solaires et éoliennes pour maintenir le sacro-saint équilibre production-demande du réseau électrique ? Avec « Ringo », répond RTE, qui a annoncé le 2 juillet, tester ce système de stockage-déstockage simultané d'un trio de batteries totalisant 100 MWh de capacité. L’expérimentation durera trois ans.

Partager
RTE se lance dans le stockage-déstockage massif d’électricité renouvelable par batteries
Vue d'artiste du site de Ventavon du projet Ringo.

Tantôt trop de vent, tantôt pas assez de soleil… comment gérer l’intermittence des énergies renouvelables (ENR), dont la part dans le mix énergétique sera conséquente d’ici 2050 ? Le gestionnaire du réseau de transport français d’électricité haute tension (RTE) a peut-être la solution : installer des sites de batteries de stockage à grande échelle, pour faire face aux fluctuations quotidiennes.

Le tout, pilotable à distance. « Sans cette installation, pour éviter une saturation du réseau les jours où il y a beaucoup de vent ou de soleil, il faudrait écrêter (ce qui est dommage, car c’est de l’énergie perdue), ou bien construire une nouvelle ligne (ce qui n’est pas forcément nécessaire pour quelques heures par an…) », explique une porte-parole de RTE, interrogée par Industrie & Technologies.

Séduisante sur le papier, l’idée du stockage par batteries fait désormais l’objet d’une expérimentation qui durera trois ans, a annoncé RTE vendredi 2 juillet. « C’est une première mondiale ! », assure la représentante RTE. Les trois sites expérimentaux, qui forment le système « Ringo », se situent à Vingeanne-Jalancourt (Côte-d’Or), à Bellac (Haute-Vienne) et à Ventavon (Hautes-Alpes).

La capacité de stockage des sites de Ringo atteint environ 100 MWh, pour une durée de vie des batteries lithium-ion estimée à 10 ans. « Aujourd’hui, le site de Vingeanne-Jalancourt tourne autour de 37 MWh, ce qui représente à peu près 750 Renault ZOE en stationnement. Mais d’ici 10 ans, sa capacité de stockage descendra sûrement à 24 MWh », illustre la porte-parole de RTE.

Automatisation totale

La réussite ou l’échec de l’expérimentation dépendra en grande partie de la solution numérique NAZA (Nouvel Automate de Zone Adaptatif), développé par RTE. C’est cet automate qui permet d’automatiser le pilotage : des capteurs, installés sur le réseau, mesurent les flux d’électrons à chaque instant, puis envoient ces données aux algorithmes, qui optimisent le stockage en temps réel.

« Chaque ligne est spécifique. Par exemple, lorsqu’il y a du vent qui rafraîchit la ligne, la capacité de transit peut être légèrement supérieure », illustre la porte-parole. Les trois sites de Bellac, Ventavon et Vingeanne sont synchronisés : quand un ou deux sites sont en charge, le ou les autres doivent se décharger d’un volume équivalent, évitant ainsi, en théorie, l'impact sur l’équilibre offre-demande à l'échelle nationale.

Rentabilité économique

L’expérimentation ne se contente pas de tester les algorithmes, elle permet également d’évaluer la viabilité économique d’un tel stockage à grande échelle. « Si Ringo est une réussite, les sites de stockage seront ensuite mis sur le marché. RTE n’a pas le droit de stocker de l’électricité, car cela reviendrait à jouer sur les prix du marché », souligne la porte-parole. En tout, 80 millions d'euros ont été investis dans ce projet.

D’autres pistes sont envisagés par RTE pour adapter le réseau électrique à l'installation massive des ENR d’ici 2050. « Nous envisageons notamment l’utilisation massive des batteries des véhicules électriques équipés de systèmes de charge intelligent – ce que nous appelons le vehicle-to-grid –, ou encore le pilotage de la consommation dans les foyers », esquisse la représentante RTE.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

80 - MONTDIDIER

Etudes géotechniques pour la déconnexion de 25HA de surfaces actives du système de collecte de Montdidier en amont du DO13.

DATE DE REPONSE 20/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS