L'Usine Energie

RTE renforce ses investissements pour répondre aux besoins du Grand Paris

, , ,

Publié le

Le gestionnaire du réseau électrique, filiale d'EDF, va investir 124 millions d'euros en Ile-de-France en 2014, ce qui représente une hausse de 7% par rapport à l'an dernier. Objectifs pour RTE : sécuriser l'approvisionnement en électricité de la région et anticiper les besoins supplémentaires générés par le Grand Paris. D'ici à 2030, la demande devrait augmenter de 2 200 MW, soit l'équivalent de deux réacteurs nucléaires.

RTE renforce ses investissements pour répondre aux besoins du Grand Paris © hodge - Flickr - C.C

RTE veut relever le défi du Grand Paris de l'énergie. Le gestionnaire du réseau électrique va investir 124 millions d'euros en 2014, ce qui représente une hausse de 7% de ses investissements en Ile-de-France par rapport à l'an dernier. En 2013, RTE avait déjà dopé ses investissements dans la région, les faisant passer de 79 millions d'euros en 2012 à 116 millions d'euros.

Forte hausse de la demande

"D'ici 2019, nous prévoyons d'investir au moins 100 millions d'euros chaque année", précise le délégué RTE Ile-de-France et Normandie, Jean-Louis Muscagorry, cité par l'AFP. Il s'exprimait lors d'un point-presse organisé à La Défense, mardi 29 avril.

La filiale de distribution d'électricité d'EDF doit en effet répondre à une forte hausse de la demande ces dernières années, dans une région qui importe 92% de ses besoins de l'extérieur. Tirée notamment par la situation économique positive des PME et des PMI d'Ile-de-France, les nouveaux usages informatiques et des data centers gourmands en énergie, la consommation a encore augmenté de 2% en 2013 pour s'établir à 71,4 térawattheures.

Défis quantitatif et qualitatif

Le premier défi est donc quantitatif : les besoins supplémentaires générés par le Grand Paris sont estimés à 2 200 MW à l'horizon 2030, soit l'équivalent de deux réacteurs nucléaires ou un peu moins de la consommation actuelle de la capitale, auxquels s'ajouteront 1 600 MW de croissance naturelle.

Pour faire face, RTE a prévu de faire appel à toute une série d'innovations portant sur les composants, les nouveaux câbles pour les liaisons souterraines, les postes de transformation, les méthodes d'intervention avec des robots et des drones, et les réseaux intelligents.

RTE doit également améliorer la fiabilité de la distribution d'électricité. Fin 2012, une panne technique avait entraîné des coupures pour plus de 92 000 foyers et de nombreuses entreprises. Parmi les principaux projets, on retrouve ainsi la construction d'une troisième liaison souterraine entre Nanterre et Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, d'un coût de 20 millions d'euros, et le renforcement pour 45 millions d'euros de la ligne électrique entre Cergy et Persan, dans le Val d'Oise.

La transition énergétique mobilisera également une grande part des investissements de  RTE, avec le raccordement des futurs parcs éoliens offshore de Seine-Maritime et du Calvados, et le déploiement de l'éolien terrestre en Picardie.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte