L'Usine Agro

Royal Cosun, le spécialiste du sucre et de la frite, se diversifie dans la bio-économie

Marine Protais ,

Publié le

La bio-économie aux Pays-Bas englobe des start-up, mais aussi de grands groupes industriels. Royal Cosun, connu pour son sucre de betterave et ses frites de pomme de terre, a créé une filiale dédiée aux innovations biosourcées.

"Cette usine est vieille de plus de cent ans", se félicite Ad de Laat, responsable innovation de Royal Cosun, en désignant les deux silos du site de Suiker Unie, filiale de Royal Cosun, à Dinteloord, au Pays-Bas. Un bras de rivière sépare l'usine de sucre d'un terrain de 70 hectares baptisé "NieuwPrinsenland". "Il accueillera des entreprises de la bio-économie, explique Ad de Laat. Une entreprise y est déjà installé, il s'agit de Nova Lignum, un spécialiste de matériaux en céramique à partir de résidus agricole." Royal Cosun ne se contente pas d'accueillir des biotech sur son terrain, il a élargi son offre avec des produits chimiques biosourcés.

Royal Cosun est un industriel du secteur agroalimentaire incontournable aux Pays-Bas. Il emploie 3 400 salariés à temps plein et a réalisé 2,1 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2014. Il est surtout connu pour sa production de sucre via sa filiale Suiker Unie, et les frites de sa filiale Avico, l'un des leaders mondiaux derrière McCain. Cosun a développé une filiale destinée à la transformation de produits végétales en produits chimiques Cosun Biobased Products et fait partie du cluster de bio-économie du sud-ouest du pays Biobased Delta.

Un agent anti-tartre à base de chicoré

"L'un de nos produits biosourcés, le Carboxymethyl inulin (CMI) élaboré à partir de chicoré, est déjà sur le marché depuis 2014, avance Ad de Laat. Il peut être utilisé comme agent anti-tartre. Mais pour le moment, nous ne dégageons pas de profit de cette innovation. Il faut que nous investissons encore pour aider la commercialisation du produit, en plus des millions déjà injectés dans la R&D". Royal Cosun est en train de construire un centre de R&D à côté de son usine de sucre pour 20 millions d'euros. Il accueillera une centaine de salariés.

L'entreprise développe depuis 2014 Betafib. Un produit en microfibres de cellulose élaborées à partir de résidus végétaux. Il est notamment destiné aux professionnels du bâtiment."Un morceau de béton est fait à partir de ciment et de pierres, explique Ad de Laat quand il sèche celles-ci s'agglomèrent vers le bas, notre produit évite ce phénomène. Le ciment est ainsi plus homogène." Betafib est développé sur l'usine pilote de Cosun à Roosendaal en partenariat avec des industriels de la chimie. Cosun espère le commercialiser bientôt.

Marine Protais

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte