ROVIP TRAQUE LES DEBOUCHES

Partager

ROVIP TRAQUE LES DEBOUCHES



La crise, on ne peut pas vraiment dire que Rovip l'ait totalement ignorée. Mais, comme la firme de Chavannes-sur-Suran (Ain) a réussi à accroître de 87 % son chiffre d'affaires en deux ans (85 millions de francs en 1993), elle considère, à bon droit, qu'elle maîtrise la situation. Surtout que, dans le même temps, le taux d'exportation est passé de 12 à 35%... Pourtant, Rovip, comme toutes les entreprises de plasturgie, s'est vue confrontée à l'atonie de ses marchés: bouchage et conditionnement pour la cosmétique et la pharmacie, capsules de bouteilles de gaz, mandrins et bobines pour fils et films, pièces industrielles. " Nous avons renforcé notre action commerciale en France et un peu partout en Europe, explique Annie Jacques, l'assistante commerciale de Marc Rollet, le P-DG. Mais c'est surtout le développement des produits nouveaux qui a assuré notre croissance. " En particulier les doseurs de produits pharmaceutiques. Et, surtout, les boîtiers de disquettes, dont Rovip est devenu le premier producteur européen. Une activité, lancée en 1990, qui compte déjà pour 34 % des facturations.



USINE NOUVELLE - N°2446 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS