Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Routiers : «Sans camion, l'économie française est paralysée »

,

Publié le

Pénurie essence L’Usine Nouvelle fait le point sur la mobilisation des routiers et les pénuries de carburant en quatre questions avec Nicolas Paulissen, Délégué général adjoint de la Fédération nationale de transporteurs routiers (FNTR).

Routiers : «Sans camion, l'économie française est paralysée »

Les entreprises citées

Les routiers sont-ils en grève ?

Pas vraiment. Le mouvement social n'est pas généralisé chez les transporteurs, le calme prévaut. "Quelques centaines de chauffeurs sont en grève sur les 400.000 en France, donc on ne peut pas parler de mouvement de grève", souligne Nicolas Paulissen.

Ils n'auraient d'ailleurs pas tant de raisons que cela de le faire, selon le délégué général adjoint de l'organisation professionnelle représentant les transporteurs routiers. En termes de retraites, les conducteurs bénéficient depuis 1997 d'un régime spécifique de congé de fin d'activité qui leur permet de partir à 55 ans. 22.000 routiers en ont bénéficié jusqu'à présent, et le dispositif est financé à 50% par l'Etat et à 50% par l'entreprise. Ce régime n'est pas menacé de disparition, mais la FNTR milite pour un allongement à 57 ans dans le cas où l'âge légal de départ passe à 62 ans. L'organisation dit préférer réformer dès maintenant pour éviter de voir ce statut remis en cause plus tard.

Y a-t-il pénurie de carburant pour les transporteurs routiers ?

On note des difficultés d’approvisionnement depuis la semaine dernière. Les plus grosses entreprises de transport routier peuvent disposer de leurs propres cuves livrées par camions citernes : ces derniers jours, au lieu d'être livrées pour 20.000 litres par exemple, elles ont été livrées de moitié. Autre possibilité pour les poids lourds : se fournir sur les réseaux de stations services spécialisées que sont les AS24. "Le noeud du problème est le blocage des dépôts", indique Nicolas Paulissen. "Les transporteurs sont de gros consommateurs : le secteur absorbe 6,8 milliards de litres de gazole par an!" A ce rythme, mercredi, le personnel est au chômage technique. Or "sans camion, l'économie française est paralysée".

Les prix du gazole ont-ils flambé ?

Certains distributeurs indépendants en profitent pour augmenter le prix à la pompe, "des cas nous ont été remontés", indique Nicolas Paulissen, mais il s'agit d'initiatives isolées. Et puis, la ministre de l'Economie Christine Lagarde a promis des sanctions contre les hausses abusives.

Les conducteurs de camions mobilisés risquent-ils un retrait de permis ?

Il faut savoir que dans les mouvements de blocage des dépôts de carburant ou les opérations escargots, les chauffeurs n’utilisent pas le poids-lourd de leur entreprise. Les syndicats louent des véhicules utilitaires légers, moins chers que des poids lourds, pour bloquer les axes routiers. Depuis 2006, tout blocage routier peut valoir retrait de permis : il ne s'agit pas d'une nouvelle loi mais d'une application plus stricte de la loi lorsque Nicolas Sarkozy était ministre de l'intérieur. En outre, la privatisation des autoroutes rend plus difficile des initiatives de blocage du fait des procès systématiques et constats d'huissiers imposés aux routiers. En d'autres termes, si des dépôts pétroliers pétroliers ou des axes y menant sont aujourd'hui bloqués, il y a fort à parier qu'il sagit de routes appartenant au domaine public.
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle