Routes: Les stocks de sel fondent comme neige au soleil

Quelques flocons et c'est la pagaille sur les routes. Prises de court, les collectivités territoriales ont lancé le salage des routes dès le lendemain. Les flocons continuent de se poser sur l'asphalte puis sont chassés de nouveau par les déneigeuses. Mais s'ils continuaient longtemps à blanchir le paysage, les pouvoirs publics sauront-ils libérer les axes routiers?

Partager

Routes: Les stocks de sel fondent comme neige au soleil

« En ce moment le téléphone sonne toutes les dix secondes. Les responsables du service technique des conseils généraux ou des villes appellent en catastrophe parce que la bécane ne fonctionne plus », explique Eric Marandana, responsable commercial chez le constructeur de machines de déneigement Acométis. La bécane, c’est la saleuse. Celle que l’on voit sillonner nos routes tout gyrophare dehors, déversant de la « bouillie de sel », ce mélange grisâtre de sel et de saumure (voir encadré).

Bouillie de sel

Le sel de déneigement permet de faire fondre la neige et/ou la glace présente sur les chaussées. Le sel de déneigement est du gros sel comme celui utilisé en cuisine. Il est efficace pour des températures allant de 0 à 10°C. On lui adjoint de la saumure pour deux raisons. La saumure mouille le sel pour faire ce qu’on appelle « une bouillie de sel » afin qu’il colle à la route et évite de se faire souffler sur le bas côté. Et ce mélange attaque les plaques de glace plus rapidement.
La saumure attaque immédiatement la couche de glace ou de neige. Puis, au fur et à mesure de la dilution de la saumure, le sel en grains fond, maintenant une concentration suffisante de la saumure et prolongeant ainsi son efficacité.

Communes prévoyantes

Les communes se sont fait avoir l’année dernière. L’Etat avait gérer les stocks face à une situation de crise tellement il avait neigé. Il utilisait ce sel d’abord pour les autoroutes puis les nationales, ensuite les départementales et, à la fin, les communes. Ces dernières ont appris la leçon et ont fait des stocks pour éviter de revivre ça.
« Les bécanes sortent, sont utilisées à plein et l’entretien n’est pas toujours anticipé sauf pour les grands décideurs : les autoroutes privées ou l’Etat pour les nationales » Car depuis la décentralisation, le transfert des compétences a eu lieu jusque dans les services de déneigement. Exit l’uniformité des machines oranges qui représentent l’Etat et bienvenu dans un arc-en-ciel de couleur propre à chaque département. Jaune pour Rhône-Alpes. Blanc, pour la Drôme. Etc.

ÉVÈNEMENT
ÉVÈNEMENT

Décentralisation. Le marché a beaucoup évolué. « Avant, c’était production en été et livraison en automne. Là, chaque conseil général fait son appel d’offre à n’importe quel moment de l’année. Et leur premier critère de choix est le prix, ou plutôt s’il reste un budget à allouer », précise Eric Marandana. Et à la question de l’efficacité suite aux transferts de compétences, il répond un laconique : « Disons que quand l’Etat gérait tout, c’était simple et organisé ». Gaëtan Chapleau, PDG de Quadrimex, producteur de sel de déneigement et président de l’Association pour le sel au service de la viabilité hivernale pense que la décentralisation ne rime pas avec désorganisation mais « les exigences varient en fonction des départements ». Par exemple, il y a encore des marchés publics en discussion. « Chaque jour nous avons été en contact avec des collectivités surprises par la soudaineté de l’hiver. L’Etat avait plus l’habitude de gérer ce genre de crise », ajoute-t-il.

Stocks. Actuellement, « les stocks varient entre un jour ou deux à une semaine en fonction des départements et des communes», affirme Gaëtan Chapleau. Le souci vient plus du prix des bâtiments de stockage que du sel lui-même, vendu à 70 euros la tonne. L’infrastructure de stockage demande des investissements qui ne sont pas forcément la priorité quand le budget est bouclé. Mais le problème, cette année, n’est pas au niveau local (voir encadré). Après un hiver rigoureux en 2010, 2011 pourrait être sous le signe de la rupture de stock. « Le sel en vrac vendu pour le déneigement des routes commence déjà à manquer. Nous tapons déjà dans les stocks avancés. Et l’Allemagne et la Belgique cherchent déjà du sel sur les marchés limitrophes », avertit le PDG de Quadrimex. Dans le pire des cas, avec une neige généralisée sur l’hexagone, « les stocks seraient de 3 semaines à l’échelle nationale et 15 jours pour les départements. » Reste à espérer une météo plus clémente.

Morgane Remy

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS