Roquette joue l’apprenti sorcier de la géothermie en Alsace

En Alsace, le c’est le projet de géothermie de Roquette qui a été retenu par l’Ademe. L’amidonnier vise à créer une centrale de grande profondeur de 24 MW avec un réseau de chaleur à Beinheim.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Roquette joue l’apprenti sorcier de la géothermie en Alsace

Grâce au potentiel géothermique de « l'anomalie géologique » du sous-sol alsacien, l’usine du groupe Roquette va pouvoir remplacer une partie du gaz naturel qu’elle utilisait pour produire la chaleur nécessaire à ses activités chimiques. Sa technologie : celle des roches chaudes fracturées. Les forages pétroliers ont en effet mis en évidence en Alsace du Nord la présence des deux éléments nécessaires pour produire de la vapeur : des aquifères profonds, c’est-à-dire des poches d’eau, et des gradients de température anormalement élevés, c’est-à-dire des sources de chaleur exploitables. Une fois l’eau des poches géologiques redirigées sur ces roches très chaudes, il ne reste plus qu’à récupérer la vapeur via des tuyaux pour l’utiliser en surface, dans les usines.

Roquette et Electricité de Strasbourg se sont dès lors associés dans un projet commun pour alimenter le site de Beinheim, en Alsace du Nord. Une ressource géothermale importante a été localisée à moins de 2 500m de profondeur, à une quinzaine de kilomètres à l'Ouest du site industriel. Au programme : un premier forage pour l'extraction de l'eau de sa « poche » géologique, un second forage pour sa réinjection dans le sous-sol, et des tuyaux enterrés sur 15km pour acheminer la vapeur vers le site industriel de Roquette. La vapeur sera distribuée à l'intérieur de ses ateliers d’amidonnerie de maïs et de blé, de dérivés d'amidon, de glucoserie et de bioéthanol.

Apportant 20% du capital de la société commune qui sera créée pour le projet, la Caisse des Dépôts et Consignations, férue de géothermie, viendra s’adosser au duo amidonnier - électricien(40% du capital chacun). Un véritable projet pilote que l’Ademe souhaite suivre de près, pour en tirer les leçons utiles au développement de la géothermie en France. L’agence gouvernementale financera 25 millions d’euros au titre de 2009 : 10 millions pour la production de la vapeur, ce qui permettra un temps de retour sur investissement de 7 ans contre 16 sans subvention, et 15 millions pour le réseau de canalisations à construire, soit 60% du coût estimé du réseau de chaleur. Un vrai coup de pouce.

D’ailleurs, le groupe chimique a bien suivi le filon. Pour remplacer 43 autres MW de ses 76 MW de vapeur aujourd’hui produite par ses chaudières au gaz naturel, Roquette veut implanter en parallèle une chaudière biomasse. Un projet qu’elle soumettra à l’appel d’offres biomasse… du fonds chaleur de l’Ademe.

%%HORSTEXTE:%%

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS