Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Rolls-Royce se lance dans la production de batteries électriques pour bateaux

Nicolas Robertson , , , ,

Publié le

Images Le constructeur britannique Rolls-Royce a annoncé sur son site, lundi 20 août, le lancement d’une batterie électrique lithium-ion pour les navires. C’est une première pour l’entreprise qui commercialisait déjà des batteries depuis 2010 mais produites par un partenaire extérieur.

Rolls-Royce se lance dans la production de batteries électriques pour bateaux
Le constructeur britannique Rolls-Royce a annoncé sur son site, lundi 20 août, le lancement d’une batterie électrique au lithium-ion pour les navires. L'entreprise doit livrer un système de batterie pour les navires de la compagnie norvégienne Hurtigruten (image ci-dessus)
© Hurtigruten

SAVe Energy. Voici le nouveau nom de la batterie lithium ion pour bateaux produite et commercialisée par Rolls-Royce. L’entreprise sur son site met en avant "un système complètement propre, sûr et économique".

Le projet a été en partie financé par le programme ENERGIX du Conseil norvégien de la recherche. De plus Rolls-Royce a développé la batterie avec trois compagnies maritimes norvégiennes, Color Line, Norled et Norwegian Coastal Administration Shipping Company, afin de garantir la fiabilité et l’adaptabilité des batteries aux différents types de navires.

Le constructeur affirme ainsi dans son annonce que ses batteries sont compatibles avec les ferries, les navires de croisière et les navires polyvalents. En continuité avec les partenariats cités précédemment la SAVe Energy est produite dans le site de l’entreprise à Bergen en Norvège.

La société britannique commercialisait déjà des batteries pour les navires depuis 2010 mais ces dernières étaient produites par un prestataire extérieur.

D'après Andreas Seth, un représentant de l'entreprise, les modèles de batteries vendus depuis 2010 représentent un volume de "15 MWh au total" tandis que les prévisions de vente pour les modèles SAVe Energy se situeront selon lui entre "10 et 18 MWh" en 2019. 

Il ressort du communiqué de Rolls-Royce que SAVe Energy semble être un système de stockage d'énergie prévu essentiellement pour être utilisé dans une configuration hybride. C'est-à-dire combiné à un autre moyen de propulsion au diesel ou au GNL (Gaz Naturel Liquéfié). 

Sans effacer complètement les émissions de CO2, une solution hybride permettrait de les réduire significativement. 

 

Illustration de l'installation d'un système de bord avec batteries. Cet exemple montre un système hybride pour un remorqueur

Rolls-Royce n’est pas le premier constructeur à avoir engagé des mesures concrètes pour développer des systèmes de propulsions propres. En 2015, l’entreprise Siemens, en collaboration avec Fjellstrand, un chantier naval norvégien et la compagnie maritime Norled, avait développé la technologie du premier ferry-boat à propulsion électrique au monde. Le navire ne produit aucune émission. 

Le ferry, d'une longueur de 80 mètres, est entraîné par deux moteurs électriques d'une puissance de 450 kilowatts chacun. Les deux sont alimentés par des batteries au lithium-ion. Elles ont une capacité combinée de 1 000 kWh. 

Le secteur maritime tourné vers une transition écologique

Rolls-Royce précise que les nouvelles batteries moderniseront "des ferries de croisière de Hurtigruten et des navires de pêche commandés par Prestfjord". L’entreprise souligne que SAVe Energy a été récemment approuvée par DNV GL, une société de classification et d’accréditation dont le siège social se trouve aussi en Norvège à Hovik.

Cette nouvelle production apparaît alors que le secteur maritime, en avril 2018, s'est engagé à réduire ses émissions de CO2. Les 173 pays membres de l’organisation maritime internationale (OMI) avaient signé à Londres un accord les poussant à réduire de 50% leurs émissions de CO2 en 2050.

Pour rappel, le transport maritime contribue entre 2,2 et 3% des émissions de CO2 de la planète. Il serait responsable de la mort prématurée de 60 000 personnes en Europe et coûterait 58 milliards d’euros aux services de santé du vieux continent d’après l’Université de Rostock et le centre de recherche Helmholzzentrum Munich.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

30/08/2018 - 13h39 -

Bonjour J'ai inventer des batterie pour tout les moteur électrique, et aussi pour voitures a moteur électrique Et j'ai des batteries plus de (70 megawatts). Je cherche un associe pour vivre dans un monde propre.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle