Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Rio Tinto laisse tomber Chinalco et se tourne vers BHP Billiton

Publié le

Le géant minier abandonne son projet controversé d'accord avec le chinois Chinalco, lance une augmentation de capital de 15,2 milliards de dollars et forme un joint-venture sur le minerai de fer de Western Australia avec son compatriote et concurrent BHP

Rio Tinto laisse tomber Chinalco et se tourne vers BHP Billiton

Il ne reste du grand projet de Chinalco de montée au capital du troisième producteur mondial de minerai de fer, et deuxième aluminier, qu'une maigre indemnité de rupture d'engagement de 195 millions de dollars. L'accord qui devait permettre à l'aluminier chinois de détenir 18% du capital de Rio, ainsi que deux sièges à son conseil d'administration, avait été contesté dès son annonce en février, tant par les autres actionnaires du groupe que par les autorités, inquiètes de voir l'Etat chinois contrôler une part importante de ses ressources naturelles. Malgré le soutien de la direction de Rio - cet accord amenait au groupe lourdement endetté 19,5 milliards de dollars d'argent frais - c'est bien la « solution alternative qui a été choisie.

« Nous sommes très déçus de cette issue », a aussitôt réagi le président de Chinalco, Xiong Weiping, dans un communiqué. Pour Zhang  Yansheng, responsable de l'institut du commerce extérieur soulignant que la décision n'avait pas été dictée par de simples considérations économiques. Par contre Lian Ping, chef économiste de la Bank of Communications, relevait que le prix de sa participation dans Rio Tinto était trop élevé et que l'aluminier s'en tirait avec des indemnités substantielles. « Cette décision a été prise pour des raisons commerciales », constatait le premier Ministre australien, Kevin Rudd, ajoutant « il est très important que nos amis chinois se focalisent sur ce fait ». Une décision qui a également été saluée par l'ensemble des analystes australiens.

En quelques mois la situation a en effet changé pour les sociétés minières. Tiré par la demande chinoise, le prix du cuivre s'est apprécié de plus de 65% depuis le début de l'année, entrainant les autres métaux de base. Soutenu par la demande de la sidérurgie chinoise, le contrat annuel sur le minerai de fer s'est conclu avec les aciéristes asiatiques - même si les Chinois font de la résistance - à un niveau, certes en recul de 30 à 40% selon les qualités, mais nettement supérieur aux attentes. Après avoir plongé l'an dernier, les valeurs boursières des sociétés du secteur se sont nettement reprises rebondissant de 90% en moyenne cette année. Un raffermissement qui leur permet à nouveau de faire appel aux marchés pour se financer.

C'est cette amélioration de la conjoncture qui a permis à Rio Tinto de lancer une opération de recapitalisation. Les actionnaires obtiendront 21 nouvelles actions Rio Tinto plc (cotées à Londres) à 1 400 pence par action pour 40 actions existantes et 21 nouvelles actions Rio Tinto Ltd (cotées à Sydney) à 28,29 dollars australiens. Des niveaux de prix en retrait de respectivement 48,5% et 57,7% sur leurs cotations de clôture de jeudi. Le directeur financier de Rio Tinto, Guy Elliott, a indiqué que la recapitalisation du groupe minier par le biais d'une augmentation de capital de 15,2 milliards d'euros -un montant plus important que prévu -allait lui donner plus de latitude pour son programme de cession d'actifs. Cette opération va également permettre à Rio d'accroître ses investissements en 2009 par rapport au montant initialement annoncé de 4 milliards de dollars, s'est réjoui Guy Elliott lors d'une conférence téléphonique.

Enfin, un accord a été conclu entre Rio Tinto et BHP Billiton pour exploiter en commun leurs fabuleux gisements de minerai de fer de Western Australia, comprenant la région de Pilbara. Une coentreprise à 50/50 sera créée avec les gisements des deux géants dont la production commune pourra dépasser celle du numéro un du secteur, le brésilien Vale. Selon les protagonistes, le joint-venture pourrait dégager plus de 10 milliards de dollars de synergies, en combinant les mines proches, en rationalisant l'utilisation des ports, en raccourcissant la logistique ferroviaire et en réorganisant les projets d'investissement.  Nouvelle source de financement pour Rio, BHP lui versera 5,8 milliards de dollar pour égaliser les contributions. Ce rapprochement avec Rio pourrait remettre en selle le projet de fusion proposé précédemment par BHP Billiton. Le président du joint-venture sera Sam Walsh de Rio et le directeur exécutif Ian Ashby de BHP.

Daniel Krajka

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle