Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Rio Tinto entend développer Simandou, malgré sa dépréciation d’actifs sur le plus grand gisement de fer inexploité au monde

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Malgré la dépréciation massive d’actifs passée à son bilan 2015 - 1,2 milliard de dollars sur un total de 20 milliards pour le gisement de minerai de fer de Simandou - Rio Tinto recherche activement les financements nécessaires pour développer son gisement guinéen, l’un des plus importants au monde.

Après avoir déprécié de plus d'un milliard de dollars la valeur comptable de son gisement guinéen en raison de la chute des prix du minerai de fer, Rio Tinto veut rassurer sur le calendrier de développement de ce projet. La minière finalise actuellement l’étude de faisabilité bancable, attendue au mois de mai, des infrastructures – la mine, le chemin de fer de 650 kilomètres et le port en eau profonde – du projet Simandou Sud. Tandis que l’avenir des deux blocs situés au nord du gisement reste incertain. Situé au centre de la Guinée, le gisement de Simandou est le 6e plus important au monde et le premier encore inexploité.

A terme, le site devrait produire une centaine de millions de tonnes de minerai à  haute teneur en fer (65,5% Fe) par an et générer un chiffre d’affaires de 7,5 milliards de dollars, selon des estimations effectuées par Rio Tinto en 2014. Il pourrait propulser la croissance guinéenne en tête du classement mondial. Et la durée de vie du gisement est de plus de quarante ans.

Mais pour cela il faudra trouver les financements nécessaires, et les investisseurs sont réticents sur un marché en grave surcapacité. Le groupe minier a perdu 866 millions de dollars l’an dernier, notamment en raison de la chute du prix du minerai de fer. Il s’est engagé dans une réduction des coûts d’investissement et a renoncé à maintenir le niveau de ses dividendes.

La Société financière internationale (SFI, groupe banque mondiale), partenaire de Rio Tinto dans Simandou, réaffirme son soutien en ces termes : "La SFI continue d’appuyer pleinement le travail en cours sur le projet Simandou, y compris l’étude de faisabilité bancable et les initiatives relatives au contenu local pour le soutien à l'emploi et aux fournisseurs guinéens. Simandou est un gisement de minerai de fer de classe mondiale, à faible coût, avec un potentiel économique important pour la Guinée, et nous attendons avec intérêt de travailler avec le gouvernement guinéen et nos autres partenaires de Simandou pour son développement." Les autres partenaires de Rio Tinto sont la République de Guinée et Aluminium corporation of China (Chinalco).

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle