Rien de nouveau sur un taux des dépôts négatif de la BCE

BERLIN (Reuters) - La Banque centrale européenne n'a rien de nouveau à dire sur l'éventualité qu'elle adopte un taux des dépôts négatif, a déclaré jeudi le président de la BCE Mario Draghi.

Partager

"Je vous en supplie - n'essayez pas de déduire de ce que je dis aujourd'hui quoi que ce soit sur l'éventualité d'un taux négatif sur les facilités de dépôt", a-t-il dit à une conférence organisée par le journal allemand Süddeutsche Zeitung.

"Comme je l'ai dit lors de la conférence de presse, cela a été débattu durant la dernière réunion de politique monétaire et il n'y a rien de nouveau depuis."

Le 7 novembre, Mario Draghi avait déclaré que la banque centrale était prête "d'un point de vue logistique" à un taux négatif si cela était rendu nécessaire par la situation économique.

L'euro est monté à son plus haut niveau de séance, à 1,3477 dollar, après ces commentaires, alors qu'il était à 1,3435 dollar juste avant. Les futures sur Bund allemands sont de leur côté tombés à leur plus bas de la journée

L'agence Bloomberg a annoncé mercredi que la BCE envisageait de faire payer les banques européennes pour leur dépôts au jour le jour auprès de ses guichets. (voir )

Si la BCE décidait de ramener le taux des dépôts sous leur niveau actuel de zéro, elle envisagerait de le fixer à -0,1%, a précisé Bloomberg, qui citait des sources non identifiées.

Avec une inflation de la zone euro à 0,7%, soit bien éloignée de l'objectif de la BCE qui est d'un peu moins de 2%, la banque centrale est ouverte à toute possibilité innovante pour soutenir l'économie. "Tout est possible", avait dit mardi le vice-président Vitor Constancio.

Un responsable de banque centrale a dit mercredi à Reuters que la BCE, les banques centrales nationales de la zone euro et les et les prêteurs privés avaient tous ajusté leurs mécanismes internes pour s'adapter à un taux des dépôts négatif s'il advenait.

"Mais, ce qui tranche d'avec le printemps, lorsque cette possibilité était activement débattue, c'est que le goût en est passé ces derniers temps", a précisé ce responsable.

Stephen Brown, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS