Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Richemont renonce à vendre Lancel

, ,

Publié le , mis à jour le 08/11/2013 À 15H35

 Richemont a décidé de ne pas vendre les filiales sous-performantes, comme le maroquinier Lancel, notamment parce que la société suisse n'a pas réussi à obtenir un bon prix, décevant ainsi des analystes qui espéraient une solution rapide.

Richemont renonce à vendre Lancel © Flickr CC - Group EPCC

Les entreprises citées

En septembre, selon des informations de presse, Richemont avait confié à une banque japonaise le soin de trouver un acheteur pour le maroquinier Lancel. Deux mois plus tard, changement de stratégie : le groupe suisse de luxe renonce à vendre ses filiales les moins performantes, dont fait partie le fabricant de sacs à main Lancel. Le groupe de luxe a dit ce 8 novembre qu'il espérait redresser en l'espace de deux à trois ans ses marques en mal de croissance, parmi lesquelles on compte aussi Dunhill (confection masculine) et les stylos Montblanc.

nouvelles pertes pour lancel et dunhill

Richemont a également annoncé une hausse de 9% des ventes sur six mois au 30 septembre, ce qui est conforme au consensus qui donnait 9,3%, croissance qui a accéléré à 12% en octobre, grâce à des ventes exceptionnelles de pièces de joaillerie très chères. Les ventes dans la région Asie-Pacifique, qui ont représenté 40% environ du total semestriel du groupe de 5,32 milliards d'euros, ont augmenté de 4% à taux de change constant. La croissance des ventes en Europe et au Moyen-Orient, soit 38% du total, a ralenti à 10% contre 19% un an plus tôt

Le bénéfice net semestriel a augmenté de 10% à 1,185 milliard d'euros, dépassant un peu le consensus des analystes, grâce notamment à des opérations de couverture. Le bénéfice d'exploitation de Montblanc a chuté de 55% et la marge s'est réduite de moitié à 6,7%, tandis Lancel et Dunhill ont subi une perte d'exploitation de 35 millions d'euros. L'action, qui a gagné dans les 30% depuis le début de l'année, perd 1,7% à 91,40 francs à la mi-journée. Elle se traite à un PER de 17,7, conforme à celui de LVMH, contre 16,4 pour Swatch Group.

Avec Reuters (Silke Kolrowitz, Wilfrid Exbrayat, Benoit Van Overstraeten)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle