Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Riber appuie sa croissance sur la diversification

Publié le

Avec un chiffre d'affaires de 29 millions d'euros (+ 40 %) et un bénéfice net de 4,3 millions d'euros (+ 141 %), la PME profite de la forte hausse de ses ventes sur le nouveau secteur des cellules d'effusion destinées aux secteurs des écrans oled et des cellules solaires.

Belle année pour Riber, une PME qui s'offre le luxe d'être numéro un mondial des fabricants de machines d'épitaxie par jets moléculaires, équipements essentiels pour la fabrication des matériaux semi-conducteurs composés. Son chiffre d'affaires est en progression de 40 % à 29 millions d'euros, son résultat net augmente de 141 % à 4,3 millions d'euros. La direction de Riber recueille les fruits d'une diversification dans le domaine des cellules d'effusion et des outils de dépôts de matières.

Ce secteur qui ne représentait que 3,1 millions de chiffre d'affaires en 2010 pesait 12,1 millions en 2011. Pour cette année, les ventes destinées aux marchés des oled devraient marquer le pas. "Le secteur des oled est entré dans une phase de transition, analyse Frédérick Goutard, président du directoire de Riber. Après une forte vague d'investissement sur la génération destinée aux écrans des smartphones haut de gamme, les industriels préparent le passage à la génération 8 pour industrialiser des écrans de téléviseurs. Dans ce secteur, nous prévoyons une reprise en 2013." En revanche, l'autre débouché pour les cellules d'effusion, la fabrication de panneaux solaire en couches minces, devrait profiter rapidement d'une reprise.

Cette diversification ne signifie pas l'abandon de l'activité historique de Riber. Frédérick Goutard a rappelé sa volonté de poursuivre dans les systèmes de recherche destinés aux grands laboratoires de recherche, pour lesquels l'industriel conserve plus facilement ses marges. Les systèmes de production sont fabriqués sur un rythme raisonnable de deux à quatre ventes par an pour ces dernières.

Pour répondre à la pression sur les prix menée par la concurrence, Riber est train de développer une nouvelle génération de systèmes qui devrait lui permettre de restaurer ses marges. Son effort de R&D n'a pourtant pas augmenté aussi vite que le chiffre d'affaires : 1,6 million d'euros en 2011 (+ 25 %), que Frédérick Goutard préfère présenter comme 16,9 % de la charge salariale, un chiffre à peu près stable par rapport à 2010.

Et s'il refuse d'avancer des prévisions pour l'année 2012, il réaffirme l'objectif de doubler le chiffre d'affaires de 2010 à 2015 pour atteindre 40 millions d'euros. Et malgré une trésorerie nette de 11,2 millions d'euros, aucune opération de croissance externe n'est – officiellement – prévue.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle