Quotidien des Usines

Rhodia va doubler la capacité de production de son usine gardoise

, , , ,

Publié le

Pour accompagner l’essor des marchés porteurs de l’électronique et de la pharmacie, le groupe va doubler dans les cinq ans sa capacité de production de dérivés fluorés aliphatiques de spécialité à Salindres, dans le Gard.

Rhodia va doubler la capacité de production de son usine gardoise
Site Rhodia de Salindres
© Rhodia

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

"C’est le plus fort investissement jamais réalisé sur le site de Salindres", assure le directeur de l’usine gardoise du chimiste Rhodia, Eric des Courières. Le projet consiste à doubler "dans les cinq ans" la capacité de production de dérivés fluorés aliphatiques de spécialité, afin de répondre aux besoins des industriels de l’électronique et de la pharmacie.

Des marchés "en plein développement, comme le montre la récente signature d’un contrat avec Bolloré pour des sels de lithium qui vont alimenter les batteries électriques de la Bluecar".

Solvay vient en effet d’annoncer le 30 août que sa Global Business Unit (GBU) Aroma Performance, dont dépend Rhodia Salindres, fournira en sel de lithium (LiTFSI, utilisé dans les batteries Lithium Métal Polymère) deux filiales du Groupe Bolloré, BatScap et BatHium Canada Inc. Cette batterie électrique a été choisie par Autolib', le système de voiture partagée de Paris.

Le montant de l’investissement à Salindres est gardé confidentiel, mais il se situe "largement au-dessus" de celui de 2001, lorsque le lancement de l’activité de production d’acide triflique à Salindres avait coûté 70 millions de francs. "Grâce à cet investissement, le chiffre d’affaires de l’usine, de 30 millions d’euros actuellement, sera multiplié par deux."

L’équipe d’ingénierie interne arrive prochainement de Lyon et la base vie sera prête mi-septembre pour le démarrage des opérations, qui seront réalisées "progressivement". Une partie non négligeable de l’investissement, "environ 25 %", sera consacrée à des mesures de réduction de l’impact de l’usine sur l’environnement (de rejet de substances dangereuses dans les rivières notamment) afin d’être en ligne avec les directives européennes. "Autre point fondamental, ajoute le directeur, cet investissement garantit la pérennisation de l’usine."

Rhodia emploie une centaine de salariés et fait travailler une quarantaine de personnes chez les sous-traitants. "Les process sont très automatisés : au maximum, le recrutement ne concernera pas plus d’une dizaine de personnes", évalue le directeur.

À noter que le site de Salindres, près d’Alès, est aussi occupé par un autre industriel de la chimie, Axens. "Le site a deux partenaires forts qui investissent", relève Eric des Courières.

Rhodia a réalisé un chiffre d’affaires de 6,17 milliards d’euros en 2011 et emploie 14 250 personnes.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte