Rhodia investit dans le capital risque pour repérer des pépites innovantes

Après Alstom en 2010, c'est au tour de Rhodia d'investir dans le capital risque auprès de Schneider Electric. Le chimiste a annoncé aujourd'hui sa participation au fonds d'investissement Aster II, géré par la société Aster Capital fondée en 2000 par Schneider Electric.
Partager
Rhodia investit dans le capital risque pour repérer des pépites innovantes

Le nouveau fonds devrait atteindre, d'ici l'été prochain, un montant total compris entre 120 et 150 millions d'euros, Schneider Electric participant à hauteur de 40 millions d'euros, Alstom pour 30 millions d'euros et Rhodia pour 15 millions d'euros. Le reste sera levé auprès d'investisseurs traditionnels.

Selon Jean-Marc Bally, délégué général d'Aster Capital, ces investisseurs traditionnels ne devraient pas trop se faire prier. « Notre premier fonds, lancé en 2000 et financé par Schneider Electric, s'est révélé très rentable et le second devrait l'être tout autant », assure-t-il sans vouloir dévoiler le taux de rendement moyen.

L'initiative est originale dans le monde du capital risque. D'autres industriels ont déjà créé leur propre fonds de capital risque, tel BMW qui vient d'annoncer, le 21 février dernier, la création d'un fonds doté de 100 millions de dollars et dédié aux nouvelles technologies automobiles. Mais peu réunissent plusieurs entreprises.

« Cela le rend plus attractif, car cela multiplie les possibilités pour les jeunes entreprises », souligne Jean-Marc Bally. Celles-ci disposeront en effet de trois partenaires privilégiés pour renforcer leur développement tant commercial qu'en R&D.

Car l'objectif des trois investisseurs n'est pas uniquement financier, mais aussi stratégique. Ils cherchent à garder un œil sur les technologies prometteuses liés à leurs domaines industriels. La mission d'Aster Capital consiste donc à détecter les start-up spécialisées dans l'énergie, les nouveaux matériaux ou l'environnement, ayant un fort potentiel de croissance et, surtout, étant susceptibles d'intéresser l'un des trois groupes.

« Certaines sont amenées à devenir significatives dans leur domaine, comme Solairedirect, que nous avons financé avec notre premier fonds et qui est depuis devenue un client significatif de Schneider Electric en moins de deux ans, remarque Jean-Marc Bally. Il est donc important pour les industriels de se préparer très tôt à travailler avec elles. »

Le fonds prévoit d'investir dans un peu plus d'une vingtaine d'entreprises, pour un ticket moyen pouvant atteindre 3 millions d'euros.

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Ingénieur-e Qualité /Navigabilité F/H

Safran - 09/11/2022 - CDI - Niort

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

90 - BELFORT

Réfection des halls 19 rue Lumière

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS