Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Revima propose à ses salariés des heures sup non payées en 2013

, , , ,

Publié le

La direction de Revima va entrer en négociation avec les syndicats pour mettre au point un accord d’entreprise qui lui permettrait de répondre à un afflux de commandes sans générer des coûts salariaux supplémentaires. L’un des volets de l’accord vise à demander aux salariés non cadres du site de Caudebec-en-Caux (Seine-Maritime) de travailler plus sans gagner plus, en 2013. Les cadres quant à eux, devraient restituer des RTT ou jours de congés.

Revima propose à ses salariés des heures sup non payées en 2013 © D.R.

Répondre à un afflux de commandes sans alourdir le niveau des pertes de l’entreprise avec des heures supplémentaires, c’est l’esprit de la négociation que va engager la direction de Revima (réparation de trains d’atterrissage), avec les deux syndicats de l’entreprise : CGT et CFE CGC. Revima réalise 50 millions d'euros de chiffres d'affaires avec 340 salariés à Caudebec-en-Caux (Seine-Maritime).

L’une des mesures consiste à demander aux salariés non cadres (qui ont 14 mois de salaires) de travailler trois heures en plus par semaine d’ici la fin de l’année 2013 et deux heures par semaine en plus en 2014. Les heures supplémentaires de 2013 ne seraient pas rémunérées. Une augmentation de 1,4 % aurait lieu en 2014 et une augmentation de 2 % en 2015. De leur côté, les personnels d’encadrement et de direction seraient amenés à "restituer" des jours de RTT ou de congés. Les personnels âgés de 57 ans et plus sont exclus du périmètre de l’accord.

Mesures temporaires

La direction de Revima entend s’appuyer sur les dispositions de la nouvelle "loi de sécurisation de l’emploi" qui permet aux entreprises rencontrant des difficultés conjoncturelles de prendre des mesures temporaires (durée maximale : deux ans). Parallèlement aux négociations avec les syndicats, elle va proposer la mise en place d’un référendum pour "évaluer le niveau d’adhésion du personnel" à son projet.

Après avoir enregistré des pertes en 2012, Revima avait mis en place un plan de redressement visant à améliorer sa compétitivité. En 2013, elle a été confrontée à une baisse de charge puis à un report de commandes sur la deuxième partie de l’année, ce qui l’amène à recourir à des intérimaires et à des heures supplémentaires. Elle assure la maintenance des trains d’atterrissage des appareils Airbus et Boeing. Elle intervient sur l’ensemble de la gamme : gros porteurs et monocouloirs.

Marie Paradis

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle