Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Réussir sa rentrée, c’est possible !", selon Alain Duluc

Christophe Bys ,

Publié le

Entretien Responsable des formations en développement personnel de la Cegos, Alain Duluc nous donne ses conseils pour ne pas rater la rentrée. Les résolutions ne sont pas toutes efficaces.

Réussir sa rentrée, c’est possible !, selon Alain Duluc

L'Usine Nouvelle - La rentrée approche, et, avec elle, les bonnes résolutions. Sont-elles utiles ? 

Alain Duluc - Je suis assez pragmatique : une idée est bonne si elle est utile. Pour qu’elle soit efficace, mieux vaut réunir un certain nombre de conditions. Premièrement, formuler la résolution de façon positive. "Je ne veux pas rentrer à la maison tard le soir" a moins de chance d’être appliqué que de dire "Je veux quitter le bureau à 18h30 chaque soir". Une formulation positive est plus efficace.

Pourtant, in fine, cela revient au même…

C’est une particularité de notre cerveau. Si je vous dis, ne pensez pas à un éléphant vert, et bien, vous y avez pensé, car le cerveau ne sait pas ne pas faire. Les sportifs connaissent cela très bien. Pour gagner, il ne faut pas imaginer que l’on va perdre.

Quelles autres conditions faut-il réunir pour qu’une résolution ait une chance d’aboutir ?

Il faut la formuler de façon précise avec une date et des éléments concrets. Ensuite, la résolution pour la résolution a peu de chances de réussir. Il faut savoir pourquoi on le fait, quelle satisfaction cela permettra d’obtenir. Rentrer plus tôt, oui si c’est pour s’occuper des enfants, mieux gérer le stress ou passer du temps dans un club de sport…. L’objectif doit avoir une raison valable et la résolution correspondre aux valeurs profondes de la personne. Elle ne doit pas présenter un inconvénient majeur pour soi ou pour quelqu’un d’autre. Un cadre supérieur qui, pour des raisons propres à son métier, a des rendez-vous tard le soir aura beaucoup de mal à la respecter.

Faut-il en parler à ses collègues ?

J’ai envie de vous répondre que si vous vous posez la question, c’est qu’il faut en parler. Mais on n’est pas obligé de tout dire à tout le monde. Il faut choisir des collègues de confiance capables de vous comprendre.

D’expérience, avez-vous déjà remarqué que la rentrée était une période sensible ?

Ce n’est pas tant la rentrée que l’entrée dans l’automne, où l’on observe chez certaines personnes une baisse de moral. 

La rentrée une date comme une autre et il n’est pas justifié de lui accorder une importance excessive. Ce qui la rend un peu spéciale, c’est que durant les vacances on a pris du recul, on a réfléchi. Au retour, le quotidien reprend ses droits.

Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui vont reprendre le travail ?

De penser positif. Les enfants le font spontanément. Ce n’est pas toujours évident chez les adultes. Mieux vaut ne pas se focaliser sur les éléments négatifs du contexte, car il y en a toujours. C’est l’histoire du verre à moitié vide et à moitié plein.

Propos recueillis Christophe Bys

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle