Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Réunion ministérielle pour l'Europe spatiale : les négociations sont entrées dans le dur

Hassan Meddah ,

Publié le

Les ministres européens en charge du spatial se retrouvent, ce mardi 2 décembre, pour le conseil ministériel de l’Agence européenne spatiale (ESA). Déjà des délégations françaises et allemandes se sont éclipsées de la salle du Conseil pour mener des négociations bilatérales...

Réunion ministérielle pour l'Europe spatiale : les négociations sont entrées dans le dur © ESA - Capture vidéo

Le président de l'Agence spatiale italienne (ASI), Roberto Battiston, est le premier de ses pairs à venir rencontrer les journalistes confinés en salle de presse, avec impossibilité de s'approcher de la salle du conseil ministériel. Avec leur badge rouge, ces derniers sont d'ailleurs immédiatement identifiables par le personnel du centre de conférence... Roberto Battiston est reconnaissable lui aussi de loin avec ses lunettes bleu flashy qui contrastent avec tous les costumes gris très majoritaires. Il est à l'aise avec la presse et rassure immédiatement les journalistes qui s'inquiètent que les délibérations pourraient s'éterniser. "Le bâtiment a été loué pour la nuit alors si les discussions devaient durer..." Il fait un point de l'avancée du conseil. "Les discours d'introduction sont en cours. Chacun rappelle que le message est crucial pour l'avenir de l'Europe. Nous sommes vingt délégations à nous exprimer. Il faut comprendre que cela prenne du temps !", rappelle-t-il.

Soutien à Exomars

Dans ce genre de tractations pour financer les grands programmes, chacun compte ses alliés. Les Italiens ont été ainsi ravis du soutien des Britanniques : "Les Anglais ont fait un discours très appuyé en faveur du programme Exomars" a-t-il dit. Selon lui, l'Espagne aurait également apporté son soutien au programme. De quoi ravir les Italiens car leur industrie est chef de file de ce programme notamment à travers l'établissement de Thales Alenia Space (TAS) basé à Turin. Le président de l’ASI a rappelé ses exigences à ses partenaires : ne pas reculer le calendrier et respecter l'échéance de 2018.

Mais l'autre sujet qui intéresse les Italiens est l'avenir de la fusée Vega et son évolution vers un moteur à poudre plus puissant fabriqué à Colleferro dans le banlieue de Rome. Roberto Battiston estime que grâce aux synergies entre Ariane 6 et Vega, "l'Europe aura une famille de lanceurs compétitive notamment face aux acteurs américains". Le dirigeant italien a abattu sa carte maîtresse pour convaincre Français et Allemand d'investir dans Exomars : "Comme vous savez, le programme Exomars et les lanceurs constituent un package". Une manière de signifier que l'Italie apportera d'autant plus facilement son soutien à Ariane 6 si Exomars est soutenu…

Négociation franco-allemande

En parallèle du conseil ministériel, d'autres discussions ont lieu. Un observateur signale ainsi qu'une partie des délégations allemandes et françaises se sont déjà échappés du conseil et ont entamé des discussions en bilatéral. Jean Yves Le Gall, patron du CNES, dirige les débats pour le camp tricolore. Sur quels sujets ? La hauteur à la contribution financière de chacun à Ariane 6, la répartition entre les industriels dans le nouveau schéma ? Rien n'a (encore) fuité…

A Luxembourg, Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle