L'Usine Aéro

Réunion au sommet pour l'Europe spatiale : Ariane 6, mais pas seulement...

, , , ,

Publié le

Le programme est chargé pour les ministres européens en charge de l’Espace. Outre le dossier Ariane, les Etats membres doivent examiner, lors de la ministérielle de ce mardi 2 décembre, des résolutions concernant l’exploration de Mars et de la Lune, ainsi qu’une motion concernant la gouvernance de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Réunion au sommet pour l'Europe spatiale : Ariane 6, mais pas seulement... © D.R. - Nasa

Les ministres européens en charge de l’Espace ne devraient pas chômer, ce mardi 2 décembre, à Luxembourg lors du conseil ministériel de l’Agence spatiale européenne (ESA). La "ministérielle de l’Espace", grand raout qui a lieu tous les deux ans, sera décisive pour l’avenir de la fusée Ariane.C’est l’objet de la première des trois résolutions discutées, intitulée "Résolution relative à l’accès pour l’Europe à l’espace", qui doit également statuer sur la version évoluée de Vega, dite Vega-C. Mais deux autres sujets phares sont également en discussion.

Quels budgets pour l’exploration ?

Il sera en effet question d’exploration avec la discussion sur la "Résolution relative à la stratégie européenne d’exploration spatiale". Trois programmes sont discutés : l’exploration de l’orbite terrestre basse, de la lune et de Mars. Il devrait donc être question du futur de la Station spatiale internationale (ISS) et de son exploitation.

La question du financement européen sera débattue : un budget de 820 millions d’euros est prévu par l’ESA sur la période allant de 2015 à 2017, comprenant le développement du module de service du véhicule de transport d’équipage de la NASA, grâce notamment aux compétences développées lors de la fabrication de l’ATV. Mais ces 820 millions n’intègrent pas la contribution européenne aux activités de recherche de l’ISS (programme ELIPS). Des arbitrages pourraient être faits par les Etats membres sur ces programmes, l’Allemagne demandant une hausse des budgets français et italien sur l’ISS en contrepartie d’une hausse des engagements allemands sur le programme Ariane.

Cap sur Mars et sur la Lune ?

Les Etats membres vont être davantage sollicités par l’ESA pour la mise en oeuvre des deux missions du programme ExoMars prévues en 2016 et 2018 ainsi que pour un programme de préparation à l’exploration robotique de Mars, dont la finalité est de rapporter des échantillons de la planète rouge.

Concernant l’exploration de la Lune, les Etats membres devraient entamer la discussion sur une éventuelle participation européenne à deux missions russes : la première vise le développement d’un atterrisseur dont le lancement serait prévu en 2019, la seconde vise à rapporter des échantillons des régions polaires de la Lune. La ministérielle de Luxembourg ne sera pas conclusive sur ce point, la décision européenne étant reportée à 2016.

La troisième discussion porte sur une Résolution relative à l’évolution de l’ESA, suite à une mission confiée lors de la précédente ministérielle au directeur général de l’agence, Jean-Jacques Dordain. Les industriels réclament désormais à être davantage associés, que ce soit dans le débat sur la configuration d’Ariane, mais aussi dans la définition des programmes de R&D de l’Agence. La gouvernance de l’Agence pourrait s’en trouver modifiée.

Patrick Déniel

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte