Retrouver une ambition industrielle

Alors que l'agence de l'innovation industrielle et les premiers pôles de compétitivité verront le jour avant l'été.

Partager


En prônant un nouveau rôle de l'Etat dans l'industrie, Jean-Louis Beffa entend lutter contre la perte d'emplois industriels et les délocalisations. Avant même la publication de son rapport le 17 janvier, le chef de l'Etat semblait avoir fait sienne la proposition de créer une agence spécialisée dans l'innovation industrielle, destinée à apporter un soutien ciblé aux entreprises capables de concrétiser des projets visant les plus gros marchés du futur, comme la voiture propre ou les traitements issus des biotechnologies.
Le président de Saint-Gobain insiste sur la complémentarité entre cette agence et les " pôles de compétitivité ". Ces derniers ne peuvent fonctionner durablement sans grandes entreprises leaders, encore moins sans marché, ni sans créateurs d'entreprises innovantes soutenus par des investisseurs réellement engagés.
On peut critiquer certains aspects du rapport, qui semble un peu négliger la capacité des entreprises à innover par elles-mêmes et ne dit rien de l'avenir des autres organismes publics d'appui à l'innovation technologique. Mais il nous indique quelques lignes de force :
- Les pays réputés les plus libéraux encouragent leurs entreprises technologiques au moyen d'une recherche publique parti- culièrement efficace. Alain Mérieux me semble parfaitement bien placé pour en témoigner : " dans le domaine de la recherche... à un moment donné l'intervention publique est nécessaire pour insuffler une ambition " (Le Progrès, 13 janvier 2005). Ne fermons pas les yeux par idéologie !
- L'ensemble du territoire français ne pourra pas accueillir une multitude de pôles de compétitivité, sous peine de ne jamais voir naître de grands programmes phares.
- Contre le décrochage de la France en matière industrielle, il est plus que temps de créer un cercle vertueux en faveur du développement économique.
Porte-parole d'un grand pôle industriel, la CCI de Lyon entre dans ce débat avec la volonté d'agir. Il s'agit, d'une part, de développer la synergie entre les grandes entreprises pilotes, les PME industrielles et de service, les " start up ", les milieux de la recherche et ceux de la formation publique et privée en s'inspirant des méthodes de la SBA (Small Business Administration) aux Etats-Unis.
Il faut, ensuite, mettre en place une véritable culture de l'innovation auprès de toutes les PME. Aujourd'hui, les actions conduites par le Centre Européen d'Entreprises et d'Innovation Novacité/Innovexpert nous permettent d'accompagner 20 à 25 créations d'entreprises innovantes et 400 rendez-vous d'innovation technologique auprès de PME. Nous sommes prêts à amplifier cette démarche.
Nous devons, enfin, renforcer l'attractivité du territoire en détectant et en soutenant les futurs " best-sellers ". Des sciences de la vie aux modes de transport et à la maî- trise de l'environnement, nous ne manquons pas d'arguments.
Aucun doute : les entreprises de notre région donnent immédiatement rendez-vous à l'Agence de l'innovation industrielle.
Jean-Paul Mauduy, Président de la CCI de Lyon, fondateur de la société de construction de réseaux de tuyauterie MG.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS