Retraites : conflit entre France Telecom et la Commission européenne

Bruxelles approuve mardi le système de retraites des fonctionnaires de France Telecom, mais sous conditions. Le groupe français refuse ces exigences et prépare un recours.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Retraites : conflit entre France Telecom et la Commission européenne

Cette affaire a commencé en mai 2008. Suite à une plainte, la Commission européenne ouvre une enquête sur le système de retraites des fonctionnaires de France Télécom. Le but était alors de chercher une éventuelle distorsion de concurrence induite par ce sytème spécifique.

Les résultats de cette enquête ont été publiés mardi 20 décembre. La Commission a conclu que "le schéma de financement des pensions de retraite des fonctionnaires de France Telecom est compatible avec les règles européennes en matière d'aide d'Etat".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le système est donc validé. Mais avec certaines conditions. La société devra, à partir du 31 juillet 2012, calquer son niveau de cotisations sur celui de ses concurrents en France. Il faudra notamment intégrer des provisions pour certains risques, comme une garantie sur le paiement des salaires en cas de faillite.

France Telecom proteste

Le groupe français a aussitôt dénoncé cette décision. "La Commission vient de décider que France Telecom doit assurer et financer le risque de perte d'emploi et de chômage des fonctionnaires qui lui restent rattachés alors que c'est un risque auquel ils ne sont pas soumis." La société "prépare d'ores et déjà le recours qu'elle entend former contre cette décision".

En 1997, lors de l'ouverture du secteur à la concurrence, le paiement des retraites des fonctionnaires de France Telecom a été transféré à l'Etat français. L'entreprise a donc "bénéficié d'un avantage économique qui constitue une aide d'Etat", soit potentiellement un avantage concurrentiel, selon Bruxelles.

Mais la Commission estime que "cet arrangement financier était justifié, car il compensait des dépenses que France Télécom avait prises à sa charge lorsqu'il était en situation de monopole, et du fait qu'il s'agissait d'un service public avant 1990". Le cadre général n'étant plus un problème, il reste à s'entendre sur les modalités.

RÉMY MAUCOURT

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS