Retour en force de Sharp dans l’électronique grand public

Après cinq années consécutives d’absence, le groupe japonais d’électronique Sharp revient à l’IFA de Berlin. L’occasion de marquer son retour en Europe sur le marché de l’électronique grand public. Avec deux points forts : l’imagerie à résolution 8K et l’Internet des objets.

Partager
Retour en force de Sharp dans l’électronique grand public
Stand de l'IFA 2017

Les Samsung, LG et autre TCL n’ont qu’à bien se tenir. Sharp est bien de retour. Après cinq années consécutives d’absence, le groupe japonais d’électronique revient à l’IFA, la grande messe de la high tech grand public qui se déroule à Berlin, en Allemagne, du 1er au 6 septembre 2017. L’occasion de donner le coup d’envoi à sa contre-offensive sur le marché global de l’électronique grand public après des années de repli sur le Japon.

Un téléviseur 8K de 70 pouces

Pour marquer les esprits, le groupe d'Osaka, dirigé depuis août 2016 par le taiwanais Cheng-wu Tai, numéro deux du géant taiwanais de la sous-traitance électronique Foxconn, a choisi de cultiver sa différence en misant à fond sur trois évolutions majeures de l’électronique : l’imagerie à résolution 8K, l’Internet des objets, et les services à intelligence artificielle accompagnant les produits domestiques.

Sharp s’impose comme le pionnier du développement des écrans LCD 8K offrant une résolution d’image de 7 680 x 4 320 pixels, quatre fois la résolution des écrans à ultra haute définition qui constituent les écrans nec plus ultra disponibles aujourd’hui. Son premier produit dans cette résolution est un téléviseur de 70 pouces. Il sera commercialisé à partir d’octobre 2017 en Chine et au Japon, puis en 2018 en Europe et à Taïwan, à un "prix abordable". Dans l’Internet des objets, il entend jouer la carte de la connectivité pour ses appareils électroménagers et profiter de la vague d’intelligence artificielle pour proposer des produits de rupture comme des robots assistants.

Percée aux dépens de Samsung

L’offensive porte tout particulièrement sur la télévision, l’une de ses activités les plus emblématiques aux cotés de celles dans les écrans aux cristaux liquides et dans les panneaux solaires. Après avoir déserté le marché international au profit d’une stratégie de licence de la marque au chinois Hisense en Amérique du Nord et au slovaque UMC en Europe, Sharp revient en force. En Europe, il reprend la main en créant en 2016 Skytec, une coentreprise avec UMC dont il contrôle le capital. En Amérique du Nord, il peine toujours à conclure un accord similaire avec Hisense qui tient à garder l’usage de la marque japonaise jusqu’en 2021. Pour contourner le problème, il envisage de créer une nouvelle marque pour ses téléviseurs. Selon le cabinet TrendForce, Sharp pourrait écouler 7,5 millions de téléviseurs LCD en 2017, soit près du double des 4 millions vendus en 2016. Aux dépens surtout de Samsung qui verrait ses livraisons chuter à près de 40 millions d’unités, contre 50 millions en 2016.

Retour à la croissance

Depuis sa prise de contrôle en août 2016 par Foxconn, Sharp est engagé dans une lourde transformation et un changement complet de stratégie pour sortir du marasme dans lequel il était plongé depuis 2011. Sous la férule de Cheng-wu Tai, il est passé à un résultat d’exploitation positif sur l’exercice clos en mars 2017 après trois exercices consécutifs dans le rouge. La confiance retrouvée est telle qu’il prévoit une croissance de l’ordre de 20% de son chiffre d’affaires pour l’exercice à clôturer en mars 2018. Après quatre exercices consécutifs de recul, qui lui ont fait perdre 30% de son chiffre d’affaires, ce rebond marquerait un grand tournant pour un groupe considéré comme un pionnier dans les écrans LCD, la télévision à écran plat ou les diodes infrarouges.

Le plan stratégique à trois ans, présenté par Cheng-wu Tai en mai 2017, prévoit un chiffre d’affaires de 3,25 trillions de yens sur l’exercice à clôturer en mars 2020. Ce qui représente un bond de près de 60% par rapport au chiffre de 2,05 trillions de yens du dernier exercice fiscal clos en mars 2017. Si ce résultat se concrétise, il donnerait une vraie leçon de management aux groupes nippons de l'électronique dans le marasme, comme Sony, Panasonic ou Toshiba.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - PARIS HABITAT OPH

Refonte du paramétrage et de la donnée du SIRH HR Access

DATE DE REPONSE 11/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS