Electronique

Retour de Sharp à la Première Section de la Bourse de Tokyo

Ridha Loukil , , ,

Publié le

Le groupe japonais d’électronique Sharp revient à la Première Section de la Bourse de Tokyo dont il a été éjecté en août 2016. Un retour qui consacre son redressement spectaculaire sous la houlette de son nouveau propriétaire, le taiwanais Foxconn.

Retour de Sharp à la Première Section de la Bourse de Tokyo
Sharp a annoncé mardi vouloir faire son retour sur la première section de la Bourse de Tokyo, confirmant ainsi son redressement sous la houlette de Foxconn, son nouveau propriétaire taiwanais. /Photo d'archives/REUTERS/Toru Hanai
© Toru Hanai

Une bonne nouvelle pour Sharp. Le groupe japonais d’électronique revient à la Première Section de la Bourse de Tokyo, qui regroupe les valeurs phares du Japon à l’instar du CAC 40 en France. Le retour sera effectif le 7 décembre 2017. Il consacre le redressement spectaculaire de l’entreprise sous la houlette de son nouveau propriétaire, Foxconn.

Rétablissement de la bonne santé du bilan financier

Empêtré dans des difficultés chroniques, Sharp a été éjecté de la Première Section de la Bourse de Tokyo en août 2016 pour être relégué à la Deuxième Section après trois années consécutives d’actif net négatif. Sa prise de contrôle en août 2016 par le géant taiwanais de sous-traitance électronique lui a été salutaire à deux titres.

D’abord avec l’argent frais injecté par son nouveau propriétaire, Sharp a pu reconstituer ses fonds propres et rétablir la bonne santé de son bilan financier. Sous la direction du taiwanais Cheng-wu Tai, numéro deux de Foxconn, il a pu ensuite se transformer en profondeur et se donner les moyens de sortir du marasme dans lequel il était plongé depuis 2011.

Croissance de 20% attendue sur l'exercice en cours

Depuis sa prise de contrôle en août 2016 par Foxconn, Sharp a changé complètement de stratégie, passant d’une posture défensive basée sur la réduction  des coûts, à une posture offensive et de reconquête de marché. C’est vrai dans les écrans LCD et les panneaux solaires, ses deux activités emblématiques.  C’est vrai aussi dans la télévision où, après s’être retiré de l’Amérique du Nord et de l’Europe, il tente un retour en force avec l’objectif de doubler ses ventes de téléviseurs LCD à 10 millions d'unités en 2018. Sous la férule de Cheng-wu Tai, il a mis seulement trois trimestres pour passer successivement à un résultat d’exploitation positif, un bénéfice net et de la croissance, après trois exercices successifs dans le négatif. La confiance retrouvée est telle qu’il prévoit une croissance de l’ordre de 20% de son chiffre d’affaires pour l’exercice fiscal en cours à clôturer en mars 2018.

Après quatre exercices consécutifs de recul, qui lui ont fait perdre 30% de son chiffre d’affaires, ce rebond marquerait un grand tournant pour un groupe considéré comme un pionnier dans les écrans LCD, la télévision à écran plat, les panneaux photovoltaïques, les composants infrarouges ou encore les diodes laser bleu. Le plan stratégique à trois ans,  présenté par Cheng-wu Tai en mai 2017, prévoit un chiffre d’affaires de 3,25 trillions de yens sur l’exercice à clôturer en mars 2020. Ce qui représente un bond de près de 60% par rapport au chiffre de 2,05 trillions de yens du dernier exercice fiscal clos en mars 2017. Au programme, deux priorités : l’Internet des objets avec un accent sur l’intelligence artificielle, et l’imagerie numérique 8K qui offre 4 fois la résolution d’image de l’ultra haute définition actuelle.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte