Retard à l’allumage pour l’écotaxe

L’écotaxe doit entrer en service le 1er octobre prochain. Elle doit concerner 800 000 camions. Problème : cette nouvelle taxe déjà reportée pourrait être à nouveau repoussée. Une perte importante pour l’Etat en mal de financement des infrastructures.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Retard à l’allumage pour l’écotaxe

Cent mille poids-lourds de plus de 3,5 tonnes devraient déjà être enregistrés auprès d’Ecomouv’, la société chargée par l’Etat de la mise en œuvre et de la collecte de l’écotaxe poids-lourds. A ce jour, ils sont à peine 20 000. Outre le fait que les dossiers à remplir paraissent complexes, les transporteurs hostiles à cette nouvelle taxe traînent les pieds. L’OTRE, organisation des TPE et des PME du transport routier, a même appelé ses adhérents à boycotter l’écotaxe. Et pourtant, la profession avait plutôt accueilli favorablement la refonte de cette émanation du Grenelle de l’environnement considérée par tous comme une usine à gaz. Le nouveau ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, avait notamment apporté des garanties pour que cette taxe soit totalement acquittée par les chargeurs. Mais les négociations entre ces derniers et leurs clients tournent souvent à la foire d’empoigne. Distributeurs et industriels essayent de négocier les contrats à la baisse pour amortir les effets de l’écotaxe.

Verdict le 6 septembre

Cette semaine est décisive. Le ministre des Transports a affirmé dans les colonnes du quotidien "Ouest-France", qu’il prendrait sa décision le 6 septembre après avoir reçu le rapport d’Ecomouv’, qui devrait notamment se pencher sur la fiabilité du système prévu pour la collecte de l’écotaxe. Initialement prévue pour le 20 juillet, l’entrée en service de l’écotaxe avait été repoussée au 1er octobre. Un délai supplémentaire nécessaire pour que chacun puisse se préparer alors que le gouvernement avait présenté le projet de loi le 3 janvier dernier. Cette fois, l’écotaxe pourrait être reportée de quelques mois. La date du 1er janvier 2014 a même été évoquée. Un report qui pourrait être justifié par un manque de fiabilité du système. Autre facteur essentiel : enregistrer près de 600 000 camions (le parc français) avant le 1er octobre semble être une tâche insurmontable. Reste que la contrainte économique milite pour le maintien de cette date : chaque mois, ce sont 100 millions d’euros de recettes qui ne rentrent pas dans les caisses de l’Etat.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Olivier Cognasse

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS