Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Restructuration : Mecachrome, les recettes d'une résurrection

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Au bord de la faillite en 2008, l'équipementier aéronautique a su mobiliser ses équipes et optimiser ses usines pour renouer avec la croissance.

Farnborough, juillet 2012, sous un beau soleil. Mecachrome expose son savoir-faire au salon aéronautique britannique, aux côtés de ses grands clients Airbus, Rolls-Royce, Safran... Un mois plus tôt, ce sous-traitant de l'aéronautique et de l'automobile fêtait en grande pompe ses 75 ans dans son site historique d'Aubigny-sur-Nère (Cher). Pourtant, en 2008, personne ne donnait cher de sa peau. Les retards pris par les grands programmes aéronautiques (A380, A400M...), le pari aventureux de s'installer au Canada avaient abouti à une dette de 280 millions d'euros et failli précipiter la société vers la faillite.

Aujourd'hui, Mecachrome affiche un carnet de commandes correspondant environ à trois ans de production. Il a retrouvé le chemin de la croissance (192 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2009, 230 millions en 2011) et recrute à tour de bras. Un redressement considéré comme l'un des plus spectaculaires parmi ceux opérés l'an dernier en France *. La nouvelle équipe, formée en 2009 et présidée par Julio de Sousa, a pris les rênes avec une conviction claire. « Il ne fallait pas uniquement un plan de réduction des coûts, mais aussi un programme de relance, explique Jacques Chevallereau, le directeur chargé de l'amélioration continue chez Mecachrome. Il fallait agir aussi bien en interne pour mobiliser les équipes que vers l'externe pour rassurer nos clients. »

La méthode déployée devait permettre de trouver un repreneur et de sortir du piège de la dette dans lequel était tombé Mecachrome. La société a été placée sous la protection de la loi de sauvegarde en France et au Canada, et ses dirigeants se sont activés en coulisse pour rappeler leur savoir-faire industriel quasi unique et le soutien de leurs grands clients, comme Airbus et Safran. La démarche convainc. Plusieurs offres de reprise sont déposées. Mecachrome hérite alors, en 2009, d'un trio de repreneurs en or : le Fonds stratégique d'investissement, qui apporte la garantie de l'État français, associé au gérant ACE Management de fonds aéronautiques et au fonds canadien FTQ. Chacun investit 15 millions d'euros en fonds propres. L'effet est immédiat. Les banques rouvrent les vannes du financement et débloquent 22 millions d'euros. Mecachrome est sauvée financièrement.

 

Chantiers d'amélioration continue

La relation de confiance s'est vite établie entre la direction et les nouveaux actionnaires. « Il s'agit d'actionnaires de long terme. C'est très appréciable », explique Philippe Blandin, le secrétaire général de Mecachrome. Ces derniers l'ont prouvé en soutenant, à la fin 2011, le rachat du sous-traitant toulousain Mecahers.

Toutefois, l'entreprise n'a pas échappé à des mesures d'économies. Un plan de départs volontaires a poussé une soixantaine de salariés vers la sortie... Le groupe fait appel au cabinet Alix Partners, qui a conseillé Airbus pour son plan Power 8. Après un audit d'un mois, le programme d'amélioration opérationnelle Vital 5 est lancé en mars 2010. Il identifie cinq chantiers d'amélioration. « Au départ, le comité de pilotage se réunissait tous les 15 jours pour faire un point précis de l'état d'avancement de chacun des chantiers. La présence du PDG a donné du poids à cette démarche », souligne Jacques Chevallereau. Le chantier concernant la réduction des coûts logistiques a été exemplaire de la démarche globale : mobiliser les compétences croisées et impliquer les différentes usines. Ainsi, l'équipe-chantier est composée d'un acheteur stratégique du groupe et des responsables des transports des huit sites. Mecachrome a réduit drastiquement le nombre de prestataires pour ses transports. Surtout, en repensant les tournées des livraisons et d'enlèvement de la production, l'équipe a diminué de 20%, dès 2010, le budget des achats des services transports. Les achats de l'énergie, des outils coupants ou des composants de tôlerie ont également fait partie du chantier de rationalisation des coûts.

Autre chantier emblématique, celui de la performance industrielle. Des responsables du lean manufacturing ont été identifiés pour chaque site. Dans celui dédié à l'automobile de Sablé-sur-Sarthe (Mayenne), les machines de production ont été modifiées pour réduire les sources de salissure sur la ligne de fabrication des culasses de moteurs (V6 et V8) pour Porsche. À Aubigny-sur-Nère (Indre), l'usine aéronautique s'est attachée, fin 2009, à réduire les gaspillages liés à la production des 10 articles qui généraient le plus d'encours. Mais rien ne sert d'optimiser l'outil industriel si les contrats ne rentrent pas. Un chantier « boost commercial » a été mis en place. Le président Julio de Sousa a joué le super VRP, rencontrant plusieurs clients chaque mois. La recherche tous azimuts de nouveaux clients a été abandonnée au profit d'une prospection plus ciblée. Cette démarche a déjà commencé à porter ses fruits. Safran a sélectionné Mecachrome pour la prédéfinition de certaines pièces du futur moteur d'avion d'affaires, le Silvercrest. Il y a encore de la marge, le programme Vital 5 doit se poursuivre jusqu'à la fin de l'année.

EN CHIFFRES

  • Création 1937
  • Chiffre d'affaires 2011
  • 253 millions d'euros
  • Effectif 1 900 salariés
  • 8 sites de production

 

LES CINQ MESURES-PHARES

  • Rencontre de clients pour rassurer les partenaires et décrocher des contrats.
  • Rationalisation des achats dans de nombreux domaines (transports...).
  • Déploiement du lean, en travaillant soit sur les équipements, soit sur les tâches effectuées par les opérateurs, avec des chantiers pilotes.
  • Renforcement du contrôle financier. Les processus financiers sont mis à niveau pour mieux piloter les améliorations de cash liées aux délais de paiement.
  • Harmonisation, pour rendre plus lisible le reporting du business et du plan de transformation.

 

 

 

Suivez les actualités de l'édition 2014 du Salon aéronautique de Farnborough

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle