Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Restauration : Servair se place sur le TGV

Publié le

La filiale de restauration d'Air France va nourrir les voyageurs du TGV Sud-Est. Et met le cap sur l'international en créant des joint-ventures.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Depuis le début de ce mois, Servair, numéro 1 français des plateaux-repas, assure le service de restauration sur les lignes Sud-Est du TGV. D'un seul coup, la filiale d'Air France relègue loin derrière son concurrent, les Wagons-Lits du groupe Accor. Il devient numéro 1 de la restauration ferroviaire avec 75% du marché (contre 30% auparavant). Les passagers y trouveront leur compte, promet Pierre-Henri Gourgeon, P-DG de Servair (les petits déjeuners seraient servis avec des jus de fruits!). Servair, aussi. Car la filiale d'Air France, qui a dégagé en 1993 près de 70 millions de bénéfices sur un chiffre d'affaires de 1,7 milliard de francs, a de l'appétit.

L'occasion d'acquérir une plus grande autonomie

"Il était important pour nous d'être plus puissant dans le ravitaillement du rail, explique Pierre-Henri Gourgeon, car c'est un métier qui ressemble de plus en plus à celui du commissariat aérien et parce que le TGV concurrencera de plus en plus l'avion." Dès 1994, la restauration ferroviaire représentera 30% de l'activité de Servair contre 10% auparavant. C'est aussi pour Servair une occasion de devenir plus indépendante de son principal actionnaire, Air France. Car le numéro 1 français de la restauration aérienne se prépare peu ou prou à voler de ses propres ailes. Ce n'est un secret pour personne qu'Air France, en pleine restructuration, envisage de vendre certaines filiales, dont Le Méridien et Servair. Comme ses alter ego du commissariat aérien européen (en anglais "catering") -les filiales de SAS, de Lufthansa ou de Swissair)-, Servair prend chaque année davantage d'autonomie. Au point qu'en 1994, si l'on tient compte de la vente récente de Saresco, son activité "duty free", Servair ne réalisera plus que la moitié de son chiffre d'affaires avec Air France (contre 75% il y a dix ans). "Quelle que soit l'évolution du capital, Servair continuera d'être la grosse entreprise de restauration aérienne à Paris, celle qui livre Air France à Roissy et Orly, et elle conservera ses relations économiques", commente Pierre-Henri Gourgeon. Ce qui n'empêche pas le groupe de mettre le cap à l'international, pour suivre le mouvement général que connaît le cateringaérien. Il fournit déjà les plateaux-repas, les articles de duty-free, les journaux... et jusqu'au parfum des toilettes de certains vols British Airways, Sabena ou Swissair!"Il est aujourd'hui capital d'être présent sur le plus grand nombre de points possible pour un même client, explique le P-DG de Servair. C'est pourquoi nous multiplierons les joint-ventures et les alliances pour avoir rapidement une surface commerciale importante." Premier pas dans cette direction: le groupe vient de s'associer avec l'américain Ogden Corporation, quatrième entreprise de catering aux Etats-Unis, pour construire une unité de production à Mexico, capable de produire 4 millions de repas par an! D'autres accords sont en négociation à Shanghai, Hanoi et Saint-Pétersbourg. Servair compte participer aux grandes manoeuvres de la restauration aérienne. Car la crise du transport aérien n'affecte que partiellement les spécialistes du catering. Les compagnies aériennes mettent en avant les services qu'elles proposent à leurs clients. Dans ce contexte, Servair dispose au moins d'outils industriels récents pour séduire les papilles des passagers. Elle fabrique ses foies gras, sauces et terrines à la Compagnie de production alimentaire, une supercuisine ouverte en 1992. Et le nouvel atelier d'assemblage de repas d'Orly fonctionne (sur 18000 mètres carrés) depuis le... 1er avril.



USINE NOUVELLE - N°2452 -
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle