Réserves d'Eurostat sur les fonds investis dans Orano

PARIS (Reuters) - Eurostat estime que les 2,5 milliards d'euros apportés par l'Etat français à Orano, le groupe qui a succédé à Areva, auraient dû être comptabilisés dans le déficit public 2017 de la France, qui pourrait alors s'en trouver rehaussé de l'ordre de 0,1 point de PIB à 2,7%, annonce lundi l'Insee.

Partager
Réserves d'Eurostat sur les fonds investis dans Orano
Eurostat estime que les 2,5 milliards d'euros apportés par l'Etat français à Orano, le groupe qui a succédé à Areva, auraient dû être comptabilisés dans le déficit public 2017 de la France, qui pourrait alors s'en trouver rehaussé de l'ordre de 0,1 point de PIB à 2,7%, annonce lundi l'Insee. /Photo prise le 23 janvier 2018/REUTERS/Philippe Wojazer

Dans un communiqué, l'institut déclaré prendre acte des réserves exprimées par son homologue européen à propos des comptes des administrations publiques françaises publiés fin mars, soulignant qu'elles "portent sur des choix méthodologiques et ne remettent pas en cause les évaluations quantitatives faites par la statistique publique".

Elles portent pour l'essentiel sur la restructuration du groupe nucléaire Areva, dans lequel l'Etat français a injecté au total 4,8 milliards d'euros en 2017, dont 2,3 milliards, liés à l'ancienne holding Areva SA, ont été comptabilisés en dépense publique par l'Insee, et 2,5 milliards dans Orano.

L'Insee a considéré que ce dernier investissement direct de l’État dans Orano "s’est fait conjointement et dans les mêmes conditions" que des investisseurs privés, qui ont apporté 500 millions d'euros et qu'il pouvait de ce fait ne pas être assimilé à une dépense publique.

Il se fonde pour cela sur "les préconisations des textes méthodologiques régissant l’établissement du compte des administrations publiques, à savoir le Système européen de comptes (SEC 2010) et l’édition 2016 du Manuel du déficit et de la dette publics".

Mais Eurostat ne partage pas cette analyse "et estime que cette somme aurait dû être comptabilisée en dépense, augmentant d’autant le déficit", ajoute l'Insee.

En conséquence, "des discussions devraient se poursuivre au cours des prochains mois avec Eurostat pour tenter de résoudre cette divergence d’ordre méthodologique".

Selon Etienne Debauche, chef de la division Synthèse générale des comptes de l'Insee, elles devraient se tenir au niveau des groupes de travail qui réunissent au niveau européen Eurostat, les instituts de statistiques nationaux mais aussi les banques centrales.

L'objectif est de parvenir à un consensus d'ici octobre, date de la prochaine notification des comptes publics à Eurostat, a-t-il dit à Reuters.

DES RÉSERVES AUSSI SUR L'AFD

En attendant, comptabiliser la totalité de la participation de l’État à la recapitalisation d’Orano en dépense publique "ne rehausserait le déficit notifié pour l’année 2017 que de 0,1 point de PIB, à 2,7% du PIB" et ne remettrait donc pas en cause l'objectif de le ramener sous 3,0%. Et la dette notifiée ne serait pas modifiée, indique l'Insee.

Toujours selon l'Institut, Eurostat a exprimé une autre réserve sur les comptes publics de la France, déjà soulevée cette fois, qui tient au statut de l'Agence française de développement (AFD), le bras financier de la France à l'aide au développement, qui n'est pas classé en administration publique par l'Insee.

"Eurostat considère en effet qu’au regard de sa gouvernance, l’AFD devrait être classée en administration publique dans la mesure où le conseil d’administration de l’AFD est composé majoritairement de représentants des administrations publiques."

L'Insee dit qu'il analysera "dans les mois qui viennent plus en détail la gouvernance de l’AFD et le rôle de l'État dans les prises de décision du conseil d'administration."

Toujours à la demande d'Eurostat, l'Insee a accepté que les prêts à condition avantageuse accordés par l'Etat français à l'AFD comme Ressource à condition spéciale (RCS) en fonds propres, soient requalifiés en transfert en capital avec incidence sur le déficit public et ce depuis la création de l'AFD en 1998.

"Ce nouveau traitement a un impact très limité sur le déficit public - 75 millions d’euros par an en moyenne sur les 10 dernières années, avec un maximum de 215 millions d’euros en 2015", précise l'Insee.

(Yann Le Guernigou, édité par Yes Clarisse)

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

09 - DEPARTEMENT DE L'ARIEGE

Calibrage de l'accotement végétalisé sur la RD1 A

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS