Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Réservation de taxis sur mobile : pourquoi la startup marocaine Taxiii s’est vendue à Careem Networks

, , , ,

Publié le

Sur le modèle d'Uber, le marché des applis de réservation de taxi suscite des espoirs de développement au Maroc. Témoignage : le groupe de Dubaï Careem Networks présent dans une quinzaine de villes du Proche et Moyen-Orient vient de racheter la start-up marocaine Mobilitech et sa marque Taxiii qui va s'effacer ce 26 mars.

Réservation de taxis sur mobile : pourquoi la startup marocaine Taxiii s’est vendue à Careem Networks © careem

Utiliser son smartphone pour commander un taxi, c'est déjà possible à Casablanca ou Rabat avec l'application Taxiii développée par la startup Mobilitech et lancée en juin 2014.

Mais Taxiii, présente sur Iphone et Android aura connu une existence des plus éphémères... Mobilitech a annoncé la semaine dernière son rachat par Careem Networks, une société de réservation de voitures avec chauffeur privé, basée à Dubaï.

Créée en 2012 par deux anciens de McKinsey, le suédois Karl Magnus Olssonet et le pakistanais Mudassir Sheikha, Careem Networks, le "Uber émirati" est soutenu par des fonds, et notamment STC Ventures, émanation du leader saoudien des télécoms STC.

Quant à Taxiii, pourquoi une telle opération sitôt dans l'histoire de la start-up marocaine ? "Le point clé du succès sur ce marché est la rapidité de développement. Nous n'avions pas les capitaux pour cela. Ce sera désormais possible avec Careem qui nous apporte à la fois ses moyens et son expérience", justifie Yassir El Ismaili El Idrissi fondateur de Taxiii, à L'Usine Nouvelle. Ce diplômé d'Audencia et HEC, passé par Accenture qui fût DRH des groupes de centres d'appel Webhelp et Intelcia, a fondé l'an dernier l'entreprise basée à Casablanca qui emploie aujourd'hui 5 salariés.

Pour sa part Careem Networks qui compte plus de 70 salariés est en pleine phase d'expansion. Elle est déjà implantée dans une dizaine de villes du Moyen et du Proche-Orient à Abu Dhabi, Bahreïn, Beyrouth, Le Caire, Riyad, Dammam, Dhahran, Doha, Djeddah, Khobar, Koweït, et même au Pakistan à Karachi et Lahore.

Son arrivée au Maroc ne va pas manquer de secouer un jeune marché sur lequel opèrent déjà deux autres startups, iTaxi et votreChauffeur.ma, loin cependant de disposer de l'expérience de Careem ni de ses moyens. La société de Dubaï a levé 10 millions de dollars en décembre auprès, notamment, du groupe saoudien de tourisme Al Tayyar et de STC Ventures.

"Notre rapprochement est vraiment allé de soi car il a bénéficié d'un timing parfait. Taxiii cherchait des fonds pour se développer au moment où Careem Networks voulait s'implanter au Maroc", explique Yassir El Ismaili El Idrissi qui devient directeur général de Careem Maroc.

La migration sera des plus rapides. L'application Careem Maroc sera, en effet, mise en place dès ce 26 mars à Casablanca à l’occasion du TEDxCasablanca, puis le 30 mars à Rabat.

Un des points clés du développement de Careem Maroc sera la capacité à recruter rapidement des chauffeurs de petits taxis (dénomination des taxis en ville) ou taxis inter-urbains car ce genre de services peut être facilement déceptif. "Nous travaillons aujourd'hui avec une centaine de chauffeurs", indique Yassir El Ismaili El Idrissi.

Quant au modèle, concrètement, les utilisateurs réservent un taxi à travers leur appli et règlent le prix de leur course en espèces, Taxiii se rémunérant par une commission payée à l'avance auprès des chauffeurs. "Après vérification de leur équipement en smartphone, nous leur proposons même un équipement adéquat dans le cas où ils ne l'ont pas." note Yassir El Ismaili El Idrissi. Pour mémoire, le Maroc compte 10 millions d'abonnés à internet à 90% via leur mobile. 

Parmi les services en projet, figure la possibilité pour les clients (2 200 à ce jour selon La Vie Eco) de régler les courses en utilisant un crédit prépayé.

"Tout est fait pour aller vite et permettre de multiplier le chiffre de chauffeurs par deux voire par trois dès ces prochains mois car la disponibilité d'un taxi pour nos clients est évidemment primordiale à notre développement", conclut Yassir El Ismaili El Idrissi

D'ailleurs, après Casablanca et Rabat, ce sera bientôt au tour de Marrakech de passer à l'ère de Careem Maroc. En attendant, peut-être, la concurrence d'Uber, déjà présent sur le continent africain, au Caire, Lagos ou Nairobi.

Nasser Djama

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/03/2015 - 18h25 -

Bonjour Il faudrait bien savoir qu'Uber compte s'installer au Maroc et cela depuis des mois, leur apparition risque de ne pas trop tarder ! Bon week
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle