Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

RESEAUXFrance Télécom s'adonne aux donnéesEn reprenant l'opérateur Internet Oléane et en créant une nouvelle division entièrement vouée à la transmission de données, France Télécom affirme de nouvelles ambitions.

Publié le

RESEAUX

France Télécom s'adonne aux données

En reprenant l'opérateur Internet Oléane et en créant une nouvelle division entièrement vouée à la transmission de données, France Télécom affirme de nouvelles ambitions.



Bien sûr, par rapport à la prise de contrôle de MCI par Worldcom l'opération semble lilliputienne : France Télécom, en prenant 67 % d'Oléane, avale un opérateur Internet, qui pèse... 48 millions de francs. Une goutte d'eau dans l'océan France Télécom, avec ses 157 milliards de francs de chiffre d'affaires ! Sa portée, pourtant, dépasse de loin le seul aspect financier. D'abord, et ce ne n'est pas là une surprise, elle confirme que l'IAP (Internet Acces Provider) indépendant est bel et bien une espèce en voie de disparition. L'absorption d'Oléane, premier IAP indépendant français, par l'opérateur de télécommunications vient en effet après celle de Calvacom (par Psinet), d'Internet Way (par Worldcom) et de Skyworld (par Cegetel). La liste n'est pas close, et le phénomène est mondial. L'important est ailleurs. L'opération révèle surtout la toute nouvelle maturité d'Internet et de ses acteurs. Jusque-là, en effet, une querelle stérile opposait les " télécommunicants ", avec leurs technologies et leur culture, et le monde échevelé d'Internet, issu de l'informatique et adepte exclusif de la technologie IP. Ce temps est révolu. En jetant son dévolu sur Oléane, France Télécom reconnaît implicitement que la technologie IP et le métier d'opérateur Internet possèdent des spécificités que, malgré tout son savoir-faire, elle ne maîtrise qu'imparfaitement. Inversement, une entreprise comme Oléane avait déjà fait une bonne partie du chemin dans l'autre sens. " Dès 1993, nous avions pris conscience qu'Internet "à la Dubout" avait fait son temps, et qu'il fallait raisonner en termes de qualité de service, donc s'appuyer sur des technologies telles que la com-mutation ", résume Jean-Michel Planche, fondateur d'Oléane. " Qualité de service ", " commutation "... Les mots sont doux aux oreilles des " télécommunicants ". De même, d'ailleurs, que les 13 000 clients professionnels d'Oléane que les structures commerciales de France Télécom pouvaient difficilement prendre en compte.

" Accélérer notre projet tout IP "

Cette affirmation de l'importance que prend aujourd'hui la transmission de données au sein de France Télécom est renforcée par la réorganisation qui accompagne l'arrivée d'Oléane en son sein. Toutes les activités de transmission de données, jusque-là éparses, sont en effet désormais regroupées dans une seule et même division de la branche entreprise de France Télécom, Services et réseaux de données (SRD). Dirigée par Daniel Caclin, ex- directeur général de la filiale Transpac, SRD pèse plus de 10 milliards de francs et comprend cinq unités (voir ci-dessus), et l'une d'entre elle est... Oléane. Pour Oléane, cette intégration est la garantie du développement : " Nous allons pouvoir accélérer notre projet de réseau tout IP ", se réjouit Jean-Michel Planche, qui ajoute que cet achat lui ôte la seule épine qu'il avait dans le pied, le " besoin de lignes ".

Quelles concessions devra consentir l'opérateur IP ?

Se pose toutefois une question : le Petit Poucet - qu'est-ce que 48 millions de francs dans une structure de 10 milliards, même si le chiffre d'affaires double tous les ans ? - pourra-t-il entreprendre les développements qu'il espère quand ils entreront en contradiction avec l'intérêt du géant France Télécom ? La question se pose en particulier pour l'utilisation de la technologie IP aux fins de transmissions de conversations téléphoniques. La " voix sur IP " est certes un objectif de France Télécom, mais il n'est pas nécessairement aussi pressé de le mettre en oeuvre que pouvait l'être un Oléane indépendant. Quelles concessions à " l'harmonisation des politiques de marketing " devra consentir l'opérateur IP ? C'est un indicateur intéressant : l'exacte mesure de la profondeur de l'engagement de France Télécom sur Internet.



Une organisation vouée aux données

Désormais, tout ce qui a trait à la transmission de données est regroupé chez France Télécom dans la division SRD (Services et réseaux de données) de la branche " entreprises ". Cette division comprend 5 unités, autrefois disséminées :

L'activité des liaisons louées.

L'activité ATM.

L'activité réseaux de données : Transpac, Frame relay, Global Intranet...

L'activité applications des réseaux de données : applications global Intranet, hébergement...

Oléane

Les deux premières activités pèsent environ 6 milliards de francs, les deux suivantes (Transpac côté réseaux et côté services), 5,5 milliards de francs. Oléane, pour sa part, représente un chiffre d'affaire de 48 millions de francs.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle