Reprise partielle du site Galderma à Sophia Antipolis

Depuis octobre 2018 le site Galderma à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes) de Nestlé n’existe plus. Trois sociétés reprennent une partie des salariés (210 salariés sur 550) et s’installent dans des locaux mis en vente par le groupe Nestlé.

Partager
Reprise partielle du site Galderma à Sophia Antipolis
Le 20 septembre 2018 Nestlé a mis en vente la totalité de la division Nestlé Skin Health, pour se recentrer sur les produits d’alimentation, de boissons et de santé nutritionnelle.

Il y a tout juste un an le Groupe Nestlé décidait la fermeture de son centre de recherche européen en dermatologie à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes) employant alors 550 salariés. Créé à l’origine par l’Oréal et Nestlé, Galderma s’était implanté à Sophia Antipolis en 1981. En 2014. Nestlé reprend la totalité des actions de Galderma, considéré alors comme le plus grand centre de recherches et développement sur la dermatologie dans le monde. L’établissement était rattaché à la division Nestlé Skin Health dédiée aux soins de la peau. Le 20 septembre 2018, coup de théâtre : Nestlé décide de mettre en vente la totalité de la division Nestlé Skin Health, pour se recentrer sur les produits d’alimentation, de boissons et de santé nutritionnelle. Nestlé Skin Health ferme ses laboratoires en Allemagne et en Suisse, et a commencé à démanteler son service marketing à Paris.

Trois repreneurs pour 210 emplois

Depuis un an, la mobilisation des salariés à Sophia Antipolis appuyés par les élus locaux a permis de trouver, avec le groupe Nestlé, des repreneurs pour une partie des salariés du centre. Si quatre repreneurs avaient été annoncés en juin pour la reprise de 300 salariés. Ils ne sont désormais plus que trois pour le maintien de 210 emplois. Le premier est le groupe allemand Nuvisan (325 salariés, 40 millions d'euros de chiffre d'affaires) spécialisé dans le développement de stade précoce de médicaments pour l'industrie des sciences du vivant. Il reprend une partie de la R&D du centre et 80 personnes pour renforcer ses capacités de bio analyse, d'analyse de données pharmaceutiques et son matériel destiné aux essais cliniques. Nuvisan ambitionne de devenir le leader européen de services intégrés de développement précoce de médicaments pour l'industrie pharmaceutique. Avec cette implantation, le groupe allemand y voit aussi un moyen de se rapprocher de ses clients basés en Europe du Sud.

De son côté, le groupe américain CDMO américain Syneos (Contract development and manufacturing organization), s'est engagé dans la reprise de 120 personnes. Comme Nuvisan, Syneos serait obligé de maintenir ces emplois et les salaires associés pour une durée de deux ans. Le troisième repreneur est Sodexo Energie et Performance qui intègre 10 personnes affectés à la maintenance du site.
Pour le reste, 150 salariés ont trouvé un autre emploi ou une activité, en CDI, une quinzaine créent des start-ups et autant rejoignent des spin-off, environ 80 personnes ont un projet de conversion ou entrent en formation. Une trentaine de salariés sont partis à Lausanne rejoindre Nestlé Skin Health. Et avec la vente de cette division par Nestlé, ils s’interrogent sur leur avenir.

Résilience de la technopole face aux fermetures de sites

Les vastes locaux du laboratoire (20 000 m²) seront occupés pour la moitié de la surface par les repreneurs. Nestlé, propriétaire du terrain et des bâtiments, aurait engagé leur mise en vente. La CCI Nice Côte d’Azur et la Communauté d’agglomération Sophia Antipolis souhaiterait y créer dans les locaux disponibles un parc d’activités à la vie.

Une fois de plus, la technopole, qui fêtera en 2019 le cinquantième anniversaire de sa création, a montré sa résilience face à des fermetures. Dans le passé, elle avait réussi à absorber la disparition de Digital Equipment et de Texas Instruments. Et, aujourd’hui, c’est au tour de Galderma mais aussi, on en parle moins, du départ de Dow Chemical après celui de Rhom and Hass et bien d’autres. Quoi qu’il en soit, la technopole continue à créer bon an mal an 1 000 emplois avec l’émergence de start-up et l’implantation de nouvelles enseignes comme Huawai, Renault et Daimler pour la voiture connectée. Sophia Antipolis compte aujourd’hui 2 300 sociétés et 38 000 emplois et a profondément changé l’économie azuréenne en l’orientant vers l’innovation technologique.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

L'OREAL

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Architecte produits & systèmes / orienté Cyber-sécurité F/H

Safran - 13/11/2022 - CDI - Les Ulis

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

34 - La Grande-Motte

Fourniture de matériels de balisage en mer

DATE DE REPONSE 10/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS