Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Reprise effective de Kem One par Alain de Krassny et OpenGate Capital

, , ,

Publié le

Kem One a de nouveaux actionnaires : l’industriel Alain de Krassny et la société d’investissement OpenGate Capital qui ont promis d’engager 405 millions d’investissements sur les sites du groupe chimique.

Reprise effective de Kem One par Alain de Krassny et OpenGate Capital

Le tribunal de commerce de Lyon n’avait guère le choix. Il a retenu le plan de reprise et de continuation de Kem One, en redressement judiciaire depuis le 27 mars 2013, par une société détenue à parité par Alain de Krassny et par la société d’investissement OpenGate Capital. La présidence du nouvel holding revient à l’industriel français. Il contrôlera d’une part les activités amont réunies au sein de Kem One SAS, d’autre part celles de Kem One Innovative Vinyls détenues par Gary Klesch que celui-ci s’est engagé à céder pour un euro, mais qui feront l’objet d’un audit préalable avant leur reprise effective.

Des garanties sur les volumes de production

Des contrats de fourniture lieront les activités amont et aval. OpenGate s’est aussi engagé à s’approvisionner à hauteur de 60 % auprès de Kem One pour les sociétés Profialis et Benvic, qu’il est en passe de racheter à Solvay, ce qui garantira un volume de production au groupe chimique. "C’est tout l’intérêt de cette logique d’intégration dans laquelle s’inscrit notre projet et qui vise à renforcer la position de numéro deux européen de Kem One dans son domaine", souligne Julien Lagrèze, associé chez OpenGate.

Soutien de l'Etat

L’Etat s’est engagé à accorder un prêt de 33 millions sur sept ans du Fonds de développement économique et social et à verser une subvention d’investissement de 15 millions et une avance remboursable de 80 millions sur sept ans pour financer les investissements qui seront réalisés sur les sites du groupe. 405 millions d’investissement sont programmés, dont 200 millions pour rénover la salle d’électrolyse de Lavera, une opération similaire ayant été réalisée en Autriche par Alain de Krassny. Les autres investissements seront consacrés à l’amélioration de la fiabilité et de la qualité de la production.

Les créances de Kem One ont été réduites de 180 millions, ce qui permet de d’abaisser la dette de la société à près de 80 millions. Les économies réalisées sur les contrats de fourniture d’éthylène et d’électricité s’élèvent à 120 millions, ce qui permet d’afficher un EBIDTA de près de 40 millions, alors que celui-ci était négatif de 80 millions en 2013.

48 salariés reclassés chez Arkema

Sur les 1300 salariés de Kem One SAS, 48 devraient être reclassés chez Arkema par suite de la suppression d’une centaine de postes. Pour les représentants des salariés au comité central d’entreprise, qui se sont abstenus à l’unanimité par rapport au plan de reprise présenté par Alain de Krassny et OpenGate, cette issue représente un moindre mal. Mais comme le mentionne un tract de la CGT distribué aux salariés, "le repreneur va devoir gagner la confiance des salariés qui est très dégradée suite à tous les événements qui se sont déroulés depuis plus de deux ans", dans le cadre d’Arkema puis sous la direction de Gary Klesch.

Vincent Charbonnier
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle